Frappe de l'UPAC: le PLQ a changé, assure Couillard

L'ancien premier ministre Jean Charest et Philippe Couillard,... (Archives La Presse, Robert Skinner)

Agrandir

L'ancien premier ministre Jean Charest et Philippe Couillard, lorsque ce dernier a été élu à la tête du Parti libéral du Québec, en mars 2013, avant de devenir premier ministre lui-même.

Archives La Presse, Robert Skinner

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Philippe Couillard estime que le Parti libéral d'aujourd'hui est «exemplaire» en matière de financement et n'a plus rien à voir avec ce qui se faisait à l'époque des faits reprochés à Nathalie Normandeau.

Le premier ministre et chef libéral juge que la réforme du financement politique et la mise sur pied de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) en 2011 ont transformé la façon de faire de la politique au Québec. 

«On vit dans un contexte totalement différent de nos jours avec le nouveau mode de financement qui change pour le mieux la réalité de la politique au Québec, a dit M. Couillard. Il faut se réjouir de ça collectivement.» 

Mais que dit l'arrestation d'ex-libéraux sur le Parti libéral du Québec en général? «Sur celui que je dirige, rien, a affirmé M. Couillard. Sur une autre époque de la politique au Québec, certainement qu'il fallait apporter des améliorations.»

M. Couillard a siégé aux côtés de Mme Normandeau sous le gouvernement Charest. «C'est certain qu'on voit l'aspect personnel», a déclaré le premier ministre. «Mais, étant donné mon rôle et mes fonctions, ma remarque doit se limiter à saluer l'indépendance du processus, la qualité des actions menées par ces organismes et souhaiter que justice soit faite.»

Les députés ou ministres libéraux interrogés jeudi se sont refusés à tout commentaire. Exception faite du ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux. 

«On verra si des accusations sont portées, a-t-il noté. Ce qui est important de se rappeler toujours, c'est qu'il n'y a personne qui est au-dessus de la loi. L'UPAC fait son travail de manière totalement indépendante.» 

Khadir: «On voit très bien qui guide la main du pouvoir»

Agnès Maltais... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 3.0

Agrandir

Agnès Maltais

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

C'est ce qui s'appelle une tribune en or et Amir Khadir en a bien profité. Alors que tous les ministres libéraux ont évité les questions sur l'arrestation de Nathalie Normandeau lors de la présentation du budget, jeudi, le solidaire a profité de la captivité d'une centaine de journalistes en huis clos pour dénoncer ce qu'il considère comme la mainmise «du patronat et d'une minorité de privilégiés» sur le gouvernement.

«On voit très bien qui guide la main du pouvoir pour écrire un budget aussi déséquilibré en faveur de toujours les mêmes et surtout en faveur des firmes amies du pouvoir», a lancé le député de Mercier, particulièrement en verve. 

Il s'est attardé longuement sur le cas de Mme Normandeau. «Elle était certainement la plus compromise des ministres du gouvernement libéral précédent car aux Affaires municipales, c'est elle qui avait la tâche ingrate d'offrir les retours d'ascenseurs pour les millions d'argent frauduleux ramassés par les ministres à 100 000 $», a accusé M. Khadir, rappelant «qu'à cette époque, le ministre de la Santé s'appelait Philippe Couillard». 

Revenant sur le budget, il a minimisé le réinvestissement en éducation. «Le signal fort en éducation qui était promis, c'est quoi finalement? Quand on regarde et qu'on décortique avec rigueur le budget, c'est 50 sous par jour par élève», a-t-il dénoncé. 

En comparaison, le critique du Parti québécois, Nicolas Marceau, est apparu fort rationnel en s'attaquant au ratio dette/PIB, puis en déplorant que les prévisions de croissance économique et de création d'emplois ne respectent pas les promesses électorales des libéraux. 

Le caquiste François Legault a pour sa part attaqué «un Parti libéral qui tolère une économie qui traîne de la patte, qui tolère qu'on ait au Québec une économie qui dépend de plus en plus des transferts fédéraux».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer