Justice et faits divers en bref

Au total, les policiers ont saisi 2707 comprimés... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Au total, les policiers ont saisi 2707 comprimés de stupéfiants s'apparentant à du fentanyl (photo), 2000 comprimés de méthamphétamine, ainsi que 19 730$ en argent.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Frappe antidrogue des policiers de Québec

L'unité des stupéfiants du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a saisi la plus importante quantité de Fentanyl jamais trouvée sur son territoire et procédé à l'arrestation de trois personnes, jeudi, à Blainville ainsi qu'à Québec.

Selon Christine Lebrasseur, agente aux communications du SPVQ, une première arrestation a eu lieu à Blainville, sur le boulevard Céloron. L'homme de 24 ans a été conduit au poste de police de la municipalité pour y être interrogé. Il a comparu vendredi au palais de justice de Montréal.

Puis, à 16h45, le SPVQ, avec la collaboration du groupe tactique d'intervention, a procédé à l'arrestation de deux hommes de 27 ans, à Québec. Des perquisitions ont été menées dans la résidence de Blainville ainsi que dans une résidence rue Léa-Roback, dans l'arrondissement de Beauport. Jean-Philippe Potvin a été accusé de possession de stupéfiants dans le but d'en faire le trafic, et Joshua Dion-Tardif a écopé d'une accusation de recel de biens criminellement obtenus en raison de la découverte de 19 730 $ en billets. Ils demeurent détenus jusqu'à leur enquête sous cautionnement fixée à mercredi.

Le grand frère de Joshua, Cydrick Dion-Tardif, a été arrêté en décembre lors d'une frappe de l'escouade antidrogue et accusé de possession de Fentanyl dans le but d'en faire le trafic. Il avait tenté d'échapper à son arrestation en sautant du deuxième étage.

Au total, les policiers ont saisi 2707 comprimés de stupéfiants s'apparentant à du Fentanyl. Le Fentanyl est un opioïde 40 fois plus puissant que l'héroïne et de 50 à 100 fois plus puissant que la morphine. Les policiers ont aussi saisi 2000 comprimés de méthamphétamine.

C'est la première fois qu'une quantité aussi importante de comprimés de Fentanyl est découverte par les policiers de Québec. Jusqu'à maintenant, les opérations avaient mené à la saisie chaque fois d'une centaine de comprimés.

À Québec seulement, quatre personnes sont mortes de surdose de Fentanyl au cours de l'année 2015. Isabelle Mathieu et Jean-Michel Poirier

Poursuite de 225 000 $ après avoir été intimidée dans un homardier

Le capitaine d'un homardier des Îles-de-la-Madeleine et son matelot sont poursuivis au civil pour 225 000 $ par une employée de Pêches et Océans Canada qui a été frappée dans la timonerie et menacée d'être jetée par-dessus bord.

Émilien Duclos, capitaine de l'Espérance, a été reconnu coupable en février 2014 de menace de mort et de voies de fait sur une fonctionnaire, observatrice en mer pour le fédéral. Il a été condamné à une peine de prison de neuf mois avec une probation de deux ans.

Le juge Jules Berthelot a cru la version de l'employée de Pêches et Océans Canada qui affirmait que, 30 minutes après le départ pour cette sortie en mer de 15 heures, le 2 juin 2013, le capitaine Duclos lui a asséné quatre coups d'épaule. Un peu plus tard, Duclos l'a menacée de la jeter à l'eau. Le frère du capitaine, Émile Duclos, matelot, n'aurait rien fait pour aider l'employée.

L'observatrice, disant craindre d'autres attaques et représailles, s'est alors isolée dans la timonerie du navire jusqu'au retour à quai.

La fonctionnaire fédérale, en proie à un choc post-traumatique, a été déclarée invalide à tout type de travail depuis l'événement.

Elle dit toujours souffrir de claustrophobie, d'anxiété et a encore des flashs-back de l'agression. Elle doit toujours consommer de la médication.

L'employée de Pêches et Océans réclame aux deux Madelinots environ 227 000, notamment 40 000 $ en dommages punitifs pour atteinte à ses droits fondamentaux.

Le capitaine Émilien Duclos a en outre été reconnu coupable au pénal, en vertu de la Loi sur les pêches, d'avoir manqué à son obligation d'assurer la sécurité de l'employée fédérale.  Isabelle Mathieu

Professionnel du vol arrêté à Lévis

Un homme de 53 de Lévis, au casier judiciaire bien garni, a été arrêté vers 11h jeudi matin, pour trois vols dans des cliniques médicales de la Rive-Sud. Il devrait comparaître vendredi au palais de justice de Québec. Après une perquisition au 2448, rue du Conducteur, dans le secteur Charny, le Service de police de Lévis a trouvé des preuves le liant à deux vols à la clinique médicale Lévis-Les Rivières, le 6 mars et le 15 février derniers, mais aussi à la Clinique des Ponts, le 25 octobre 2015.

Au total, environ 10 000 $ ont été dérobés.

Bien connu des policiers, l'homme était en liberté surveillée après avoir écopé d'une peine de prison de sept ans pour des crimes de même nature. Cependant, les policiers ont obtenu un mandat pour révoquer sa libération conditionnelle.

Selon Christian Cantin, porte-parole de la police de Lévis, le présumé voleur avait l'habitude de travailler seul. Il s'introduisait par effraction dans les commerces pour y voler de l'argent.

D'autres accusations pourraient être déposées contre lui pour des actes criminels de même nature, commis dans la grande région de Québec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer