Les faits divers en bref

Un an de prison pour un cyberpédophile adepte de la fessée (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Un an de prison pour un cyberpédophile adepte de la fessée

Louis Buteau... (Photothèque La Presse) - image 1.0

Agrandir

Louis Buteau

Photothèque La Presse

L'ex-capitaine des Forces armées Louis Buteau aimait les photos de jeunes garçons nus. Surtout lorsque les enfants avaient les fesses rougies par une fessée...

L'ancien gradé de la base militaire de Valcartier a été condamné hier à 12 mois de prison, la peine minimale prévue pour une accusation de distribution de pornographie juvénile.

L'homme de 49 ans a été arrêté en septembre 2014 après une opération d'infiltration de la Sûreté du Québec sur un réseau de partage de photos et de vidéos.

Les policiers ont remarqué le message de Louis Buteau qui, sous un nom d'emprunt, disait chercher des vidéos de garçons recevant la fessée. 

Un agent d'infiltration se faisant passer pour un cyberpédophile a réussi à gagner la confiance de Buteau et a obtenu son mot de passe. Le policier a ainsi pu télécharger 35 photos de l'ordinateur du militaire. 

Une perquisition allait permettre à la police de saisir 100 photos et 95 vidéos mettant en scène des garçons âgés de 5 à 14 ans, aux fesses rougies après avoir reçu une fessée. D'autres images montraient aussi des enfants nus et ligotés devant se livrer à divers gestes sexuels.

En thérapie

Louis Buteau a rapidement décidé de plaider coupable. Il a déjà entrepris une thérapie et la poursuivra après sa détention, dans le cadre d'une probation de trois ans. 

La problématique de l'accusé vient de son fétichisme de la fessée, a indiqué l'avocat de la défense, MJean Beaupré, qui assure que son client veut régler son problème.

Durant 10 ans, l'ex-militaire n'aura pas le droit d'utiliser un ordinateur ou un autre équipement donnant accès à Internet ni de se trouver seul dans les parcs et autres endroits fréquentés par les enfants.

Louis Buteau a passé 30 ans dans les Forces armées. Il a été décoré après des missions en Afghanistan en 2010 et en 2011 et a aussi servi en Bosnie, en Croatie et en Haïti.  Isabelle Mathieu

Élue municipale condamnée pour possession de pot

Micheline Darveau a été arrêtée en mars 2014 par... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 4.0

Agrandir

Micheline Darveau a été arrêtée en mars 2014 par les policiers de la Sûreté du Québec. Ils ont trouvé dans une grange appartenant à la conseillère municipale 200 plants de marijuana et 100 livres de cannabis.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

La conseillère municipale de Saint-François-de-l'Île-d'Orléans, Micheline Darveau, est condamnée à purger une peine de neuf mois dans la collectivité pour possession de marijuana dans le but d'en faire le trafic.

La dame de 63 ans, initialement accusée de production de marijuana, a plaidé coupable lundi à une accusation réduite d'avoir eu la connaissance et le contrôle sur une quantité d'un peu moins de trois kilogrammes de pot.

Micheline Darveau a été arrêtée en mars 2014 par les policiers de la Sûreté du Québec qui surveillaient l'entreprise Hydrobec. Les policiers soupçonnaient le commerce de vendre des équipements servant aux serres de marijuana et de prodiguer des conseils aux producteurs de pot.

C'est en suivant Yves Malenfant - qui a depuis plaidé coupable - et Yannick Bouchard, le fils de Micheline Darveau, que les agents ont abouti à une grange, propriété de la conseillère municipale.

Ils y ont éventuellement retrouvé 200 plants de marijuana et 100 livres de cannabis.

La plantation était exploitée par le fils Yannick Bouchard, allègue le procureur de la Couronne Me Jean-Simon Larouche. Rien dans la preuve ne vient indiquer que Micheline Darveau a pu toucher un revenu de la vente de pot

Après de longues discussions, Micheline Darveau a reconnu qu'elle était au courant de la présence de la drogue et qu'elle avait accès à la grange, malgré la présence d'un cadenas.

Sa participation était à la limite de l'aveuglement volontaire, a indiqué son avocat, Me Serge Matte.

Le juge Carol St-Cyr a accepté d'entériner la suggestion des parties et a imposé à la conseillère municipale, sans antécédent judiciaire, une peine de neuf mois de détention à purger dans la collectivité. Elle sera assignée à son domicile 24 heures sur 24 pour les quatre premiers mois et devra par la suite observer un couvre-feu et respecter une probation d'une année. «C'est une expérience qui vous coûte cher», a commenté le juge St-Cyr.

L'État ne saisira pas la grange comme bien infractionnel; la défense et la Couronne se sont entendues pour que Micheline Darveau verse un montant équivalent à la valeur du bâtiment, soit environ 150 000 $.

Depuis son arrestation en mars 2014, Micheline Darveau a continué à siéger au conseil municipal de Saint-François, petite municipalité de 550 citoyens, et à toucher son salaire. La mairesse Lina Labbé lui avait toutefois retiré ses dossiers durant les procédures.

Toujours en poste?

En plaidant coupable, Micheline Darveau a indiqué qu'elle demeurait conseillère municipale et voulait pouvoir se rendre aux séances du conseil malgré son assignation à domicile.

Le directeur général Marco Langlois indique que la Municipalité consultera son conseiller juridique afin de décider du sort de l'élue maintenant condamnée. 

Rien dans la loi ne tranche la situation d'un élu condamné au criminel. Chose certaine, si un élu fait face à des accusations qui ne sont pas en lien avec sa fonction, il peut continuer à siéger.

Les prochaines élections municipales sont prévues en novembre 2017. Si le poste de Micheline Darveau devient vacant plus d'un an avant le scrutin général, la Municipalité n'aura pas le choix d'organiser une élection partielle.  Isabelle Mathieu

Alcool au volant: arrêtée avec ses deux jeunes enfants à bord

Un an de prison pour un cyberpédophile adepte de la... (Photothèque Le Soleil) - image 6.0

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Deux enfants en bas âge se trouvaient dans le véhicule conduit par leur mère, samedi matin, alors que celle-ci était en état d'ébriété avancé. La femme de 35 ans a été arrêtée à la suite d'un accident mineur et devra faire face à la justice.  

Les affaires publiques du Service de police de la Ville de Lévis ont confirmé l'arrestation, lundi. Selon le porte-parole Christian Cantin, l'automobiliste circulait sur la route Lagueux, dans le secteur de Saint-Nicolas, lorsqu'elle a été impliquée dans une collision légère, vers 10h15.

«À notre arrivée, la dame avait quitté les lieux. L'accident n'était que matériel et personne n'a été blessé. Grâce aux informations fournies par l'autre automobiliste, on a réussi à retracer le véhicule près de la résidence de la suspecte», a expliqué M. Cantin.

Les policiers ont procédé à l'arrestation de la conductrice quelques instants plus tard. «Lors de l'interception, les deux jeunes se trouvaient à l'arrière. Ce sont des enfants en bas âge», a précisé le porte-parole.

Une fois au poste de police, la mère a échoué l'alcootest à deux reprises, présentant «trois fois la limite permise». Son permis de conduire a été saisi sur-le-champ. Elle a été libérée sous promesse de comparaître devant un juge en juin.

La Direction de la protection de la jeunesse a maintenant le dossier en main. La garde des enfants a été confiée à leur grand-mère pour le moment.  David Rémillard

Chandler: accusé d'agression sexuelle sur une fugueuse de Laval

Un homme de 22 ans de Chandler, David Tremblay, doit répondre à une accusation d'agression sexuelle sur une fugueuse du fameux centre jeunesse de Laval ayant fait la manchette en février. Certaines actions reprochées à l'accusé seraient survenues chez la grand-mère de ce dernier, où il avait décidé de s'installer après son retour de Montréal.

L'adolescente avait 14 ans quand David Tremblay l'a rencontrée, dans le métro de Montréal, à la fin de l'automne. Elle avait été sous garde au centre jeunesse de Laval, mais avec des permissions de liberté occasionnelle. Elle était toutefois considérée comme fugueuse quand elle a été abordée par David Tremblay.

Il l'aurait convaincue de le suivre en Gaspésie, et ils ont voyagé en autobus. La présence de l'adolescente dans le domicile de la grand-mère de David Tremblay a fait parler un peu, et la Sûreté du Québec y est intervenue le 9 décembre, appuyée par le centre jeunesse de Chandler.

Accusations supplémentaires

L'adolescente avait eu 15 ans trois jours plus tôt et elle a été retournée à Laval. David Tremblay n'est pas resté à Chandler alors que la SQ réalisait l'enquête et il a été arrêté le 17 février, au lac des Seize-Îles, dans les Laurentides. Il a comparu le lendemain à Saint-Jérôme avant d'être rapatrié en Gaspésie pour la suite de la procédure légale.

L'enquête à son sujet a débouché sur des accusations supplémentaires. Le dossier s'est même divisé entre les palais de justice de New Carlisle et de Percé. À Percé, David Tremblay doit répondre à des accusations d'agression sexuelle sur une adolescente de moins de 16 ans et d'incitation à des contacts sexuels. À New Carlisle, il doit répondre à une accusation de leurre informatique, puisqu'il aurait entretenu une correspondance illicite avec une adolescente de Carleton.

Sa comparution de lundi à New Carlisle a débouché sur sa remise en liberté potentielle, moyennant plusieurs conditions, dont celle de retourner vivre chez sa grand-mère, en attendant la poursuite de l'action en justice. En réalité, il est resté incarcéré, au moins jusqu'à mardi, date de sa comparution à Percé. Il pourrait être remis en liberté cette fois, mais il aura peut-être aussi à répondre à d'autres accusations.

Son assignation à résider chez sa grand-mère découle notamment du fait qu'il n'avait plus d'adresse fixe depuis son départ de Montréal, à l'automne. Gilles Gagné (collaboration spéciale)  Avec la collaboration spéciale de Geneviève Gélinas

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer