Les malades pourront faire pousser leur marijuana thérapeutique

Un juge de la Cour fédérale a invalidé une loi «arbitraire et excessive» de... (La Presse Canadienne, Jonathan Hayward)

Agrandir

La Presse Canadienne, Jonathan Hayward

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Kane
La Presse Canadienne
Vancouver

Un juge de la Cour fédérale a invalidé une loi «arbitraire et excessive» de l'ancien gouvernement conservateur qui interdisait aux patients utilisant la marijuana à des fins thérapeutiques de cultiver eux-mêmes leurs plants.

Le juge Michael Phelan a statué que le Règlement sur la marijuana à des fins médicales - qui obligeait les patients à se procurer la substance auprès de producteurs autorisés - violait leurs droits protégés par la Charte.

Dans un jugement déposé mercredi, il a accordé un sursis de six mois pour abroger la loi, ce qui donnera l'occasion au gouvernement Trudeau de développer sa propre législation sur le cannabis médicinal.

Le juge Phelan a également prolongé l'injonction qui permet aux Canadiens détenant des permis de faire pousser leurs plants jusqu'à ce qu'un nouvel ordre de cour soit prononcé.

Les quatre résidants de la Colombie-Britannique qui avaient porté leur cause en cour plaidaient que le Règlement, adopté en 2013, entravait leur droit d'accès à des médicaments abordables.

«Le cannabis peut être produit de façon sécuritaire»

Le juge a soutenu que cette nouvelle loi avait eu «des conséquences défavorables» sur la vie de ces patients.

«Je conviens que les demandeurs ont démontré (...) que le cannabis peut être produit de façon sécuritaire tout en limitant les risques pour la sécurité du public et tout en favorisant la santé publique», a-t-il écrit.

L'affaire avait été entendue à la Cour fédérale de Vancouver entre février et mai 2015.

Les avocats du gouvernement fédéral martelaient que le nouveau règlement permettait aux patients de se garder une réserve de cannabis, tout en protégeant le public des inconvénients engendrés par la culture individuelle.

Or, l'avocat des plaignants, John Conroy, avait rétorqué que la loi avait pour effet d'augmenter le prix de la substance, forçant certains patients à violer la loi en continuant de la faire pousser chez eux ou à l'acheter sur le marché noir.

Le juge Phelan a conclu que les plaignants avaient bien prouvé que leurs droits avaient été violés par la loi.

«Je reconnais que les incendies, la moisissure, le détournement, le vol et la violence sont des risques qui existent dans une certaine mesure, mais je souligne que ceux-ci n'ont pas été précisés, cette importante restriction punit les personnes qui sont capables de produire de façon sécuritaire, en respectant les lois locales et en prenant des précautions simples en vue de réduire de tels risques», a-t-il ajouté.

Indemnisation

Les plaignants auront droit aux dépens - dont le montant sera précisé plus tard - «sur une base substantielle». «Les demandeurs ont eu gain de cause et ont porté devant les tribunaux une affaire qui profite au public dans son ensemble», a conclu le juge.

Santé Canada n'a pas immédiatement répondu à La Presse Canadienne pour commenter la nouvelle.

Le Parti libéral du Canada a promis de réglementer et de légaliser le cannabis à des fins récréatives, mais il a peu élaboré sur le cannabis médicinal.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer