D'homme «extraordinaire» à présumé pédophile

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Yvon Mundviller était loin d'être un monstre. C'était un homme  «extraordinaire», qui a fait des «choses grandioses» pour les enfants. Jusqu'à ce qu'il commette des gestes inacceptables, allèguent six plaignants.

Yvon Mundviller, 79 ans, est un chanteur d'opéra baryton bien connu dans la région de Québec. À Noël dernier, il chantait encore à la messe de minuit.

Il subit cette semaine son procès pour des accusations d'agression sexuelle commises sur six plaignants, trois garçons et trois filles, entre 1965 et 1979.

Deux de ses fils comptent parmi les plaignants et ont choisi de faire lever l'ordonnance de non-publication qui empêchait de révéler le lien avec l'accusé. 

L'un d'eux a douloureusement exprimé toute la difficulté de dénoncer un homme, imposant par sa taille et sa voix, qu'il a longtemps admiré et aimé. «Ce qui me fait le plus mal dans toute cette histoire-là, c'est qu'on a toujours trouvé que c'était un père extraordinaire qui a fait des choses grandioses pour nous, a-t-il expliqué au juge Jean Asselin. Jusqu'à ces événements-là qui sont inacceptables.»

Tous les jours, le fils cadet souffre de voir d'autres hommes parler de leur père, des mots que lui ne prononce plus.

Lorsque la défense lui exhibe une lettre de remerciement à son père, écrite en 1992, soit après les abus allégués, le fils ne se démonte pas. «Je ne renierai jamais les bonnes choses que mon père a faites, dit-il. Mais ça ne veut pas dire que tout ce qu'il a fait était bon.»

Son frère aîné dit avoir compris seulement au bout de plusieurs années d'abus que les caresses prodiguées par son père étaient autant d'agressions. 

Les deux hommes ont soutenu avoir été masturbés par leur père; à une reprise, à l'âge de 13 ans, pour le cadet, mais plusieurs fois, durant plusieurs années, pour l'aîné.

Deux autres plaignantes, des femmes, ont décrit des attouchements posés par Yvon Mundviller alors qu'il était seul avec elles. L'une d'elles dit avoir dû masturber l'homme alors qu'elle était âgée de quatre ans. «Je ne comprenais pas pourquoi il faisait ça, a-t-elle raconté, la voix pleine de sanglots. Je voulais m'en aller, mais il me retenait.»

Durant les témoignages, l'accusé Yvon Mundviller contient parfois difficilement des réactions de dénégation. 

Le procès se poursuit mardi, avec le témoignage d'au moins un autre plaignant.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer