Exclusif

Réorganisation policière: un poste de proximité au centre-ville

La cour municipale et le centre de détention... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

La cour municipale et le centre de détention de la centrale Victoria déménageraient dans ce bâtiment situé à l'angle des rues Prince-Édouard et du Pont.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La cour municipale et le centre de détention de la centrale de police du parc Victoria déménageraient dans l'actuel bâtiment qui abrite le service de la gestion des immeubles, à l'intersection des rues Prince-Édouard et du Pont, a appris Le Soleil.

En décembre, la Ville de Québec annonçait un investissement de 40 millions $ pour déménager la désuète centrale Victoria et la cour municipale, un projet reporté de budget en budget depuis plusieurs années. 

Le maire évoquait alors la construction d'un poste dans le secteur Lebourgneuf, situé près des grands axes routiers. Il n'osait trop en parler, de peur de faire grimper le prix des terrains. Malgré ses craintes, l'option semble toujours tenir la route. 

Jusqu'ici, le mystère planait sur ce qu'il adviendrait de la cour municipale et du centre de détention, sis actuellement à la centrale Victoria. Un procès-verbal du conseil d'administration du conseil de quartier de Saint-Roch tenu le 17 décembre fait mention que le service de police conservera un poste de proximité dans Saint-Roch.

C'est en soi une bonne nouvelle pour ceux qui craignaient que la police ne garde aucun point de service au centre-ville. De sources bien au fait du dossier, ce poste inclurait la cour municipale et le centre de détention. La Ville aménagerait les locaux dans l'édifice du service de la gestion des immeubles, à l'intersection des rues Prince-Édouard et du Pont.

Un choix logique

Pour les personnes interrogées par Le Soleil, il s'agirait d'un choix logique en raison, notamment, de sa proximité avec le palais de justice de Québec, situé tout juste à 700 mètres. De leur avis, le service de police doit absolument garder des services accessibles au centre-ville, où habite une clientèle plus défavorisée. De plus, les quartiers centraux sont le théâtre d'interventions policières plus fréquentes.

Ce n'est pas la première fois que la Ville se questionne sur la reconversion du bâtiment, construit en 1908 par l'entreprise de métallurgie F.-X Drolet. En 2009, le maire Régis Labeaume avait évoqué la possibilité de déménager les 125 employés qui y travaillaient pour le transformer en ateliers d'artistes et en centre d'exposition d'art actuel.

Mardi, la Ville n'a voulu ni confirmer ni infirmer les informations obtenues par Le Soleil. «Différentes solutions ont été envisagées et il y aura une présentation du plan de réorganisation plus tard en cours d'année», a commenté Sylvain Gagné, du service des communications.

Vers un nouveau modèle d'intervention

La relocalisation des postes entre dans un vaste projet de réorganisation policière afin de définir un nouveau modèle d'intervention à long terme.

Le Soleil expliquait en février 2015 la réflexion amorcée par la haute direction, qui disait vouloir cesser de faire des modifications «à la pièce» et mieux s'adapter à la réalité avec, entre autres, la hausse du nombre d'interventions auprès de personnes vivant avec un problème de santé mentale. Elle a mené l'an dernier une consultation en vue d'un changement global des pratiques policières.

C'est d'ailleurs cette amorce de réflexion qui avait convaincu en décembre 2014 le chef Michel Desgagné de mettre sur la glace le défunt projet de reconstruction de 85,2 millions $ de la centrale sur son site actuel.  

«C'est pas pour une question de coûts. C'est parce que je pense qu'on avait mal transmis nos besoins. Je veux le faire comme il faut [...] Si ça devient trop cher, est-ce qu'on peut regarder le parc immobilier qu'on a ailleurs? On verra», avait-il alors confié.

Au terme de la réorganisation, le Service de police comptera un nouveau poste dans Lebourgneuf, celui existant à Sainte-Foy, route de l'Église, et le poste de proximité dans Saint-Roch. Les postes de Charlesbourg-Beauport, rue d'Orsainville, et de la Haute-Sainte-Charles-des Rivières, rue de la Faune, seront fermés.

Pour assurer un service de proximité malgré ces fermetures, les bureaux d'arrondissement pourraient libérer un local pour qu'un policier reçoive les plaintes des citoyens sur rendez-vous.

La construction du poste dans le secteur Lebourgneuf permettra de rapatrier le service des crimes généraux, qui traite les crimes sur la propriété et quelques crimes mineurs contre la personne, comme des voies de fait simples. La quarantaine d'enquêteurs affectés à ces dossiers, auparavant dans les quatre postes du territoire, ont été regroupés en 2014 dans des locaux loués sur l'avenue Saint-Sacrement.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer