Neuf mois pour avoir imposé un enfer sadomaso à une femme

Jérémie Désilets a reçu une peine de neuf... (Tirée d'Instagram)

Agrandir

Jérémie Désilets a reçu une peine de neuf mois d'emprisonnement pour avoir fait vivre un enfer sadomasochiste à une jeune femme de 24 ans.

Tirée d'Instagram

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Le juge Sébastien Proulx s'est rendu, lundi, à la suggestion commune de la défense et de la Couronne et a condamné Jérémie Désilets, 29 ans, à une peine de neuf mois d'emprisonnement pour avoir fait vivre un enfer sadomasochiste à une jeune femme de 24 ans.

En septembre 2014, Désilets avait torturé sa victime pendant plus de deux heures, la plongeant dans un bain glacé, lui attachant les mains, les pieds et les seins avec un système de poulies et l'enroulant dans une pellicule de plastique en plus de lui mettre un sac de plastique sur la tête et du ruban adhésif sur la bouche.

La femme originaire d'Abitibi avait accepté de jouer le rôle de la fille soumise avec l'homme de Québec dans le contexte d'une relation dominant-dominé. Elle avait toutefois réclamé à plusieurs reprises, mais en vain, que le jeu cesse ce soir-là, car elle estimait qu'il allait trop loin. 

Désilets en était à l'étape de la sentence et a profité de l'occasion pour plaider coupable à trois autres accusations : un bris de probation, un bris d'engagement et une accusation de voies de fait armées contre sa mère, qui refuse dorénavant que son fils la contacte.

La mère avait vu Désilets lancer une poêle en sa direction en septembre après qu'elle avait remis en question sa décision de jeter à la poubelle des oeufs qu'il venait de préparer. Mentionnant le problème d'impulsivité du jeune homme - qui avait trois autres antécédents de voies de fait -, le juge a toutefois souligné qu'il n'était pas considéré comme dangereux selon le rapport de l'Institut Pinel.

Il a donc accepté la proposition de la procureure de la Couronne, Me Josée Lemieux, et de son vis-à-vis de la défense, Me Luc Picard, d'une peine de neuf mois, de laquelle serait retranchée la détention préventive de cinq mois, et assortie d'une ordonnance de probation de 24 mois. Désilets s'est également vu interdire à vie la possession d'armes à feu, de munitions, de substances explosives et d'armes offensives.

«Vous savez bien que vous ne purgerez pas la totalité de la peine. Il arrive des événements dans la vie. Vous allez vous relever, vous allez repartir», a conclu le juge à l'intention de Désilets.

Partager

À lire aussi

  • Un cauchemar sado-maso

    Justice et faits divers

    Un cauchemar sado-maso

    Une relation sado-masochiste a très mal tourné pour une jeune femme d'Abitibi humiliée et attachée par les seins par son partenaire dans un logement... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer