La SQ frappe contre des pédophiles

La Sûreté du Québec (SQ) a exécuté l'opération Malaise, mercredi, visant à... (Photothèque La Presse, David Boily)

Agrandir

Photothèque La Presse, David Boily

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Sûreté du Québec (SQ) a exécuté l'opération Malaise, mercredi, visant à arrêter 13 présumés pédophiles qui auraient formé un réseau. Les suspects ont été repérés sur le Web, où ils discutaient entre eux de leurs expériences sexuelles avec des enfants, des meilleures tactiques pour en abuser et des meilleurs lieux pour éviter d'éveiller les soupçons.

Quelque 150 policiers de la SQ et différents corps municipaux étaient à pied d'oeuvre, tôt mercredi, pour démanteler cette cellule repérée en 2013, notamment grâce à des informations reçues du public.

Un total de 13 individus âgés de 27 à 74 ans ont été arrêtés, et 11 perquisitions ont été menées dans diverses résidences. L'opération a eu lieu dans les régions de Montréal, de Québec, de Lévis, de Trois-Rivières, de Saint-Eustache et de Toronto.

Québec et Lévis

Selon la SQ, au moins un suspect est de Québec et un autre réside à Lévis. Douze sont du Québec et un vient de l'Ontario.   

«Les suspects fréquentaient des forums de discussion [sur Internet] afin d'échanger entre eux sur leurs expériences sexuelles vis-à-vis les enfants», a expliqué le sergent Claude Denis, porte-parole de la SQ. «Ils se conseillaient sur les tactiques à employer et les lieux à fréquenter dans le but d'abuser sexuellement des enfants sans éveiller les soupçons.»

La SQ n'a pas confirmé le nombre de victimes potentielles dans cette affaire. Et selon les informations obtenues de M. Denis, il est possible que les contacts sexuels évoqués sur les forums aient eu lieu «il y a plusieurs années», avant le début de l'enquête en 2013. 

M. Denis a souligné que la priorité des autorités était d'abord de mettre fin aux échanges d'informations illégales sur le Web. Les interrogatoires et l'enquête permettront éventuellement d'aller plus loin.  

Matériel informatique analysé

Du matériel informatique a été saisi et devra être analysé par les enquêteurs de l'Équipe d'enquêtes sur l'exploitation sexuelle des enfants sur Internet, formée de membres de la SQ et de la Gendarmerie royale du Canada. Le contenu qui s'y trouve pourrait mener à d'autres arrestations ou accusations.

Les suspects devaient être interrogés à Montréal, mercredi, puis comparaître au palais de justice de la métropole d'ici jeudi.

La police semble déjà avoir en main une preuve accablante, du moins si l'on se fie aux possibles chefs d'accusation cités par la SQ.

Selon chaque cas, les suspects pourraient être accusés de production, de distribution et de possession de pornographie juvénile, de contacts sexuels, d'agression sexuelle, de leurre, de voyeurisme, d'avoir conseillé une infraction non encore commise, de grossière indécence, d'avoir eu des relations sexuelles anales, d'attentat à la pudeur ou encore de complot.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer