Le directeur de la sécurité publique de Baie-Comeau congédié

Caserne du Service des incendies de Baie-Comeau... (Tirée de Google Street View)

Agrandir

Caserne du Service des incendies de Baie-Comeau

Tirée de Google Street View

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steeve Paradis</p>
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) La Ville de Baie-Comeau a mis fin lundi soir à son lien d'emploi avec son directeur du service de la sécurité publique, Claude Ruest, pour des motifs d'ordre administratif. Du même souffle, elle a déposé une plainte auprès de la Sûreté du Québec pour retracer les auteurs d'une lettre qui usurperait l'identité d'un employé municipal.

Le congédiement de M. Ruest a été officialisé lundi lors d'une séance spéciale du conseil municipal. Il était en congé avec solde depuis la semaine dernière. Selon le directeur général de la municipalité, François Corriveau, ce geste est «le résultat d'une longue enquête interne» et serait principalement dû à la gestion administrative du service de sécurité publique, qui s'occupe principalement des incendies.

«Ce n'est pas un événement particulier [qui a mené au congédiement]. M. Ruest est une personne tout à fait honnête. Son honnêteté n'est absolument pas remise en cause là-dedans», a indiqué M. Corriveau. La Ville était d'ailleurs prête à proposer à Claude Ruest de demeurer à son service comme pompier, «mais on a des contraintes en raison des conventions collectives», a ajouté le directeur général.

Fuite sur les réseaux sociaux

L'affaire serait probablement demeurée un simple dossier de gestion de ressources humaines en temps normal, mais la semaine dernière, une lettre annonçant le congédiement de Claude Ruest a circulé dans certains endroits publics et sur les réseaux sociaux.

Cette lettre mentionne qu'un pompier, en collaboration avec les autorités municipales, avait eu la tête du directeur Ruest, qui occupait cette fonction depuis mars 2008. La lettre était de plus signée du nom d'un autre pompier. Tous les ingrédients étaient réunis pour créer la bisbille au sein du service.

La municipalité a confirmé qu'elle avait déposé une plainte à la SQ, qui enquête sur la provenance de cette lettre. Il a en effet été établi que le prétendu signataire et l'autre pompier nommé dans la missive n'ont rien à voir avec cette dernière, qui contient des propos que François Corriveau a qualifiés de faux et malicieux, visant à nuire aux carrières des individus visés. «La personne qui a fait ça a usurpé l'identité d'un de nos travailleurs. Il s'agit d'un acte criminel», a-t-il ajouté.

Le directeur général a également révélé que le présumé auteur de cette lettre aurait été filmé à au moins deux reprises par des caméras de surveillance situées dans des endroits publics. «J'ai très hâte de savoir qui c'est et d'apprendre aussi les motivations de cette personne», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer