Un chauffeur ciblé par une pub raciste

Fondée en juin 2015, Go Raccompagnement ne compte que... (123RF/Galina Peshkova)

Agrandir

Fondée en juin 2015, Go Raccompagnement ne compte que 16 chauffeurs et vient à peine de s'implanter dans le marché de Québec.

123RF/Galina Peshkova

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un chauffeur travaillant pour une jeune entreprise de raccompagnement de Québec (dans le genre de Tolérance Zéro) se dit la cible d'une fausse publicité, raciste de surcroît. Son nom et son numéro de téléphone personnel se sont retrouvés sur une annonce offrant gratuitement le service aux automobilistes... sauf aux Noirs.

Un automobiliste a trouvé cette affiche sur son... (Photo tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Un automobiliste a trouvé cette affiche sur son véhicule stationné sur la 3e Avenue dans Limoilou, vendredi soir. Il a cru bon de la diffuser sur Facebook pour dénoncer le message. Le numéro de téléphone affiché sur la photo n'est maintenant plus en service.

Photo tirée de Facebook

Toute cette histoire a débuté vendredi soir lorsqu'un internaute a publié une photo de la prétendue fausse publicité sur les réseaux sociaux. Format prospectus, l'illustration aurait été placée sur un véhicule stationné dans le quartier Limoilou.

On y voit le logo de Go Raccompagnement, le nom du chauffeur, son numéro de téléphone cellulaire et la mention «Noir s'abtenir [les fautes d'orthographe sont de l'auteur de l'affiche]».

Il n'aura fallu que quelques heures pour que l'annonce, que plusieurs ont prise au sérieux, circule allègrement sur le Web. Elle s'est finalement rendue jusqu'à la page Facebook de Go Raccompagnement, où certaines personnes ont interpellé l'entreprise.

«On a reçu beaucoup de messages et notre chauffeur a reçu plusieurs appels sur son téléphone, mais il ne comprenait pas d'où ça venait. Il n'était pas au courant», a expliqué Nicolas Fiset, l'un des cofondateurs de Go Raccompagnement.

Contacté le soir même par son organisation, le chauffeur a juré qu'il n'était pas l'auteur de la publicité. Une version que M. Fiset ne remet aucunement en question. «C'est probablement quelqu'un qui veut lui faire du tort», a-t-il plutôt suggéré.

Le chauffeur, Raynald Bilodeau, a décidé de porter plainte à la police tard vendredi et a fait changer son numéro de téléphone cellulaire samedi après-midi. Le Soleil a pu l'attraper avant que sa ligne ne soit mise hors service.

«Depuis ce matin que ça sonne. Mais je ne comprends pas. Je n'en fais pas de publicité!» a réagi le vétéran chauffeur d'une soixantaine d'années, qui travaille également comme camionneur. Ce dernier ne voit pas qui pourrait lui en vouloir, ni pourquoi. Un client récent? Un concurrent? «Non, je ne vois pas», a-t-il dit, incrédule. Il a mentionné avoir travaillé pour le service Point Limite dans le passé.

Quant à la mention «Noir s'abtenir», M. Bilodeau n'en a pas fait de cas, estimant n'avoir rien à se reprocher. «Je ne comprends pas pourquoi ça a été marqué. Je travaille avec des Noirs, des musulmans, des Arabes, des Algériens et je n'ai jamais de trouble. Il n'y a pas de problème», a-t-il insisté.

Le Service de police de la Ville de Québec a confirmé samedi qu'il avait reçu la plainte de M. Bilodeau et ouvrira une enquête. L'affaire est pour l'instant traitée comme une fraude puisque des informations personnelles de M. Bilodeau ont été utilisées illégalement.

Oeuvre interne?

Selon nos renseignements, les hypothèses étudiées pointent vers l'oeuvre d'un concurrent, ou peut-être même de l'entourage de M. Bilodeau, voire à l'interne de Go Raccompagnement.

Sans se prononcer sur l'enquête, Nicolas Fiset a convenu que le présumé auteur devait connaître le chauffeur ciblé personnellement. «Il faut que ce soit quelqu'un qui connaissait son nom et son numéro de téléphone personnel», a-t-il affirmé. «On ne sait pas d'où ça vient.»

Une autre piste pourrait être l'arrivée récente de Go Raccompagnement dans le marché de Québec. Fondée en juin 2015, l'organisation ne compte que 16 chauffeurs et vient à peine de s'implanter. À ce sujet, M. Fiset serait cependant surpris d'être la cible d'une opération de salissage.

«On est assez récent dans le marché de Québec. Les affaires vont bien, mais on n'a pas la prétention d'être aussi gros que Tolérance Zéro par exemple. Si on fait mal à qui que ce soit... on n'est pas encore au stade de faire du tort au marché», a-t-il dit, sans écarter totalement la possibilité.

Contrairement à ce qui est mentionné sur l'illustration jugée frauduleuse, le service de Go Raccompagnement n'est pas gratuit et nécessite un abonnement annuel. Et les numéros de téléphone des chauffeurs ne sont pas diffusés, le système fonctionnant par une ligne téléphonique centrale ou une application mobile.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer