Ado de 17 ans accusé pour la tuerie en Saskatchewan

Un mémorial a été installé près de l'école... (La Presse Canadienne, Jason Franson)

Agrandir

Un mémorial a été installé près de l'école de La Loche, en Saskatchewan, où quatre personnes ont été tuées vendredi.

La Presse Canadienne, Jason Franson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
La Loche, Saskatchewan

Un adolescent de 17 ans a été accusé de quatre chefs de meurtre prémédité et de sept chefs de tentative de meurtre pour la tuerie survenue à l'école de La Loche et dans une demeure du nord de la Saskatchewan.

L'accusé ne peut être nommé en vertu de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents, a précisé la police.

Les policiers se sont rendus à l'école secondaire de La Loche peu après l'heure du lunch, vendredi, après des appels faisant rapport d'une fusillade.

Ils ont arrêté un suspect armé après une poursuite dans les corridors.

Ils se sont ensuite rendus à une maison de la communauté autochtone de 3000 habitants où ils ont trouvé deux autres morts : Dayne et Drayden Fontaine, respectivement âgés de 17 et de 13 ans. Les policiers ont obtenu le consentement de la famille pour nommer les victimes.

Neuf personnes ont été atteintes par les tirs à l'école. Parmi elles: Marie Janvier, 21 ans, une assistante d'enseignement qui est morte sur les lieux, et un enseignant, Adam Wood, qui a succombé à ses blessures à l'hôpital.

Nouveau prof

Âgé de 35 ans, M. Wood avait commencé à enseigner à l'école secondaire de La Loche en septembre. Dans un communiqué, sa famille en Ontario le décrit comme un aventurier passionné de la vie qui pouvait faire rire les gens jusqu'à ce qu'ils aient mal au ventre.

«Adam venait tout juste de commencer sa carrière d'enseignant à La Loche, en septembre dernier, et il s'amusait, dit la déclaration de la famille. Il était toujours prêt à relever un défi et vivait chaque journée dans la joie.»

Marie Janvier avait aussi commencé à travailler à l'école l'automne dernier, en tant que tutrice ou assistante d'enseignement. Selon son ami Ashton Lemaigne, la jeune femme était aimable et patiente avec les enfants et elle prévoyait aller étudier en enseignement un jour.

«Les enfants adoraient être avec elle, a-t-il confié. Lorsqu'on sortait dehors, les enfants la saluaient, ils arrivaient vers elle en courant. Et elle était amie avec tout le monde.»

Des témoins de la fusillade à l'école se sont remémoré la scène de panique qui s'est déroulée alors que les étudiants tentaient de sauver leur vie.

Des élèves ont raconté qu'ils ont couru vers la sortie lorsqu'ils ont vu une carabine. D'autres se sont cachés dans les vestiaires du gymnase durant des heures après avoir entendu des coups de feu.

Un élève a envoyé à La Presse Canadienne une capture d'écran d'un échange effrayant entre le tireur et ses amis sur les médias sociaux. «Je viens de tuer 2 personnes. Je vais tirer dans l'école», a écrit le jeune homme.

Au Forum économique de Davos, le premier ministre Justin Trudeau a offert ses sympathies aux personnes éprouvées. Il a ajouté que tout le Canada était en deuil.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, a exprimé son choc et son chagrin après ce qu'il a qualifié «d'événements horribles».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer