Mort d'un détenu à Donnacona: un possible règlement de comptes

Ulrick Charbonneau... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Ulrick Charbonneau

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Des sources bien informées ont affirmé au Soleil qu'Ulrick Charbonneau, 28 ans, trouvé inconscient dimanche dans sa cellule du pénitencier de Donnacona, aurait été victime d'un meurtre. La thèse du règlement de comptes serait la plus plausible pour expliquer le décès.

À la suite de l'échec des manoeuvres de réanimation cardiorespiratoires, le jeune homme de Saint-Jean-sur-Richelieu avait été transporté à l'Hôpital de l'Enfant-­Jésus, où son décès avait été constaté.

Sans confirmer les informations obtenues par Le Soleil, le porte-parole du pénitencier, Stéphane Jaillet, a affirmé que le dossier était maintenant traité comme une mort suspecte et qu'il ne semblait pas s'agir d'un suicide.

«C'est la SQ qui travaille le dossier. Les policiers sont venus ici et ont rencontré ceux qui ont trouvé le détenu ainsi que des codétenus», a-t-il expliqué.

Feuille de route bien garnie

Désigné par les autorités comme membre d'un gang de rue, Ulrick Charbonneau avait une feuille de route bien garnie en matière criminelle. En 2006, alors qu'il était âgé de 18 ans, il avait écopé d'une peine de quatre ans d'emprisonnement pour plusieurs violations de domicile chez des personnes âgées avec un complice de 49 ans.

Les deux hommes se présentaient chez leurs victimes en prétendant être des employés d'Hydro-Québec et, une fois à l'intérieur, l'un des individus parlait aux victimes pendant que l'autre fouillait la résidence à la recherche d'argent et de bijoux.

Quelques mois après avoir complété sa peine, Charbonneau était de nouveau arrêté pour l'homicide involontaire de Michaël Meunier. L'homme de 24 ans s'était noyé après s'être jeté dans la rivière Chambly en mai 2010 alors qu'il était poursuivi par Charbonneau, qui venait de l'asperger de poivre de Cayenne, et d'autres individus.

Il avait écopé en 2012 d'une peine de cinq ans et cinq mois de prison pour ce crime, mais avait été libéré en 2014 après avoir purgé les deux tiers de sa sentence. Recherché l'automne dernier pour avoir enfreint les conditions de sa libération conditionnelle, il avait été arrêté de nouveau en octobre, puis avait tenté de prendre la fuite avant d'être rattrapé par les policiers.

C'est suite à cette tentative d'évasion qu'il avait abouti à Donnacona pour purger le reste de sa peine à laquelle avaient été ajoutés 45 jours derrière les barreaux pour sa tentative d'évasion d'une garde légale.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer