L'avocat coupable de voies de fait sur sa «voleuse» de bouffe à chat contre-attaque

L'avocat Bernard Corbeil... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

L'avocat Bernard Corbeil

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'avocat Bernard Corbeil, coupable d'avoir procédé à une brutale arrestation citoyenne, intente une poursuite civile contre sa voleuse de bouffe à chat.

Le civiliste a été déclaré coupable en avril de voies de fait sur une voisine qui dérobait de la nourriture pour chat sur le pas de sa porte.

Bernard Corbeil s'était défendu en affirmant avoir fait une arrestation citoyenne dans les règles de l'art. Il avait même élaboré un plan en 49 étapes pour procéder à l'arrestation et avait fait filmer le tout.

Le juge Jean Asselin a estimé qu'il avait utilisé une force nettement déraisonnable.

Corbeil a pu bénéficier d'une absolution inconditionnelle après avoir fait un don de 500 $ à la Maison de Lauberivière.

Bernard Corbeil a interjeté appel de ce verdict de culpabilité.

Le 15 janvier, celui qui pratique le métier d'avocat depuis 40 ans a intenté une poursuite civile en dommages de 25 000 $ contre la voleuse de nourriture pour chat.

Dans sa requête, Bernard Corbeil affirme que la dame a pénétré sur sa propriété de Charlesbourg à environ 60 reprises pour y commettre des vols. La dame disait craindre que son chat ne soit malade en mangeant la nourriture laissée par Bernard Corbeil. Le dossier criminel de la dame a été déjudiciarisé.

L'avocat Corbeil affirme que la plaignante a fait de fausses déclarations dans lesquelles elle affirmait qu'il l'avait battue et lui avait cogné la tête contre le sol.

L'avocat ajoute dans sa requête que «la défenderesse s'est servie de son statut de camelot pour faire en sorte qu'une journaliste d'un journal qu'elle distribuait affiche en première page de son journal une photographie du demandeur en plus d'écrire un article dénigrant, lesquels étaient démesurés et abusifs compte tenu des circonstances».

L'avocat soutient que la plaignante l'a mis dans «une situation publiquement humiliante sur la scène publique et sur le plan professionnel face au Barreau du Québec». Selon lui, la dame lui a causé des centaines d'heures de perte de temps et d'inconvénients, en plus de plusieurs milliers de dollars de déboursés.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer