Le député de Rimouski pleure la mort d'un ami

Louis Chabot (photo) était originaire d'Albertville, dans la... (Tirée de Facebook)

Agrandir

Louis Chabot (photo) était originaire d'Albertville, dans la Matapédia. Il était un ami de la famille du député de Rimouski, Harold LeBel.

Tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Rimouski) Le député de Rimouski, Harold LeBel, est dévasté depuis qu'il a appris le décès de son bon ami Louis Chabot, l'une des victimes de l'attentat terroriste survenu vendredi à Ouagadougou au Burkina Faso, en Afrique.

Originaire d'Albertville, dans La Matapédia, Louis Chabot a étudié au Cégep de Rimouski. «Il avait beaucoup d'amis à Rimouski et à Rivière-du-Loup, raconte M. LeBel. Tous les étés, depuis plusieurs années, on se retrouvait au chalet familial de Notre-Dame-du-Portage. Ses trois enfants étaient de grands amis des miens. On a tellement de beaux souvenirs avec lui!»

Le whip de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale a du mal à se faire à l'idée qu'un tel drame puisse toucher quelqu'un d'aussi proche. «Quand les attentats de Paris sont arrivés, on a trouvé ça terrible, ça nous touchait profondément, témoigne-t-il. Mais là, quand c'est rendu que quelqu'un d'aussi proche de nous se fasse tuer par des terroristes, c'est dur à comprendre...» D'ailleurs, le politicien ne sait pas comment expliquer un tel drame à ses deux fils de 15 et 19 ans. «Mon plus jeune, j'ai essayé de lui expliquer, mais c'est dur, admet le père de famille. Il trouve ça triste, mais comprend pas que ça puisse arriver à des gens qu'il connaît bien. C'est la tristesse et l'incompréhension. Mon plus vieux arrivera ce soir. On va attendre qu'il soit ici pour lui en parler. Je sais pas comment ça va se vivre dans les prochaines semaines.»

Terrible pour la famille

Le député LeBel pense aussi à la conjointe de Louis Chabot et à ses trois enfants. «C'est terrible pour eux, se désole-t-il. Je pense aussi à tous les dédales administratifs pour rapatrier le corps et pour la suite des choses. Ce sera pas facile...»

L'ex-conseiller de Jacques Parizeau a d'autant plus de difficulté à accepter cette fatalité que Louis Chabot, un enseignant, était parti en mission humanitaire. «J'ai de la colère face à une telle injustice, surtout que ça arrive à un gars qui était allé là pour construire une école, s'indigne Harold LeBel. C'est pas juste!»

L'homme est parti pour l'Afrique en décembre avec cinq autres amis, supportés par le Centre Amitié de Solidarité Internationale de la Région des Appalaches. Le groupe était affecté dans un village au nord de la capitale. M. Chabot s'apprêtait à rentrer au pays au moment où un commando djihadiste a fait irruption à l'hôtel Splendid et dans un café adjacent d'Ouagadougou.

Le député de Rimouski n'arrive toujours pas à se faire à l'idée que son ami Louis ait pu trouver la mort dans de telles circonstances. «Louis, c'est quelqu'un qui souriait tout le temps, décrit-il. Louis, c'est la vie! Je trouve ça spécial de vivre ça. J'aurais pas pensé que ça puisse arriver à un gars aussi fin, vivant et généreux. Il était toujours prêt à aider.»

Harold LeBel s'inquiète aussi des collègues et des élèves de l'école Cardinal-Roy de Québec, où Louis Chabot enseignait. «Il était aimé de tous les jeunes, estime-t-il. Il faisait du sport avec eux. Ça doit être terrible pour eux. J'espère que l'école va prendre les mesures nécessaires pour qu'ils aient de l'aide.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer