L'ex-policier Serge Lefebvre retrouve sa liberté

L'ex-policier Serge Lefebvre, qui avait abattu deux collègues... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

L'ex-policier Serge Lefebvre, qui avait abattu deux collègues en 1985, avait été libéré en 2002, mais il était retourné en prison pour vol en 2012.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'ex-policier Serge Lefebvre, qui avait abattu deux collègues en 1985 et qui était retourné en prison pour vol en 2012, recouvre sa liberté.

La Commission des libérations conditionnelles a accordé le 5 janvier une libération conditionnelle à l'homme aujourd'hui âgé de 70 ans. Dans la décision qui vient d'être publiée et dont Le Soleil a obtenu copie, les commissaires écrivent «qu'une récidive ne présentera pas un risque inacceptable pour la société». Ils prennent en compte le fait que Lefebvre a l'appui de sa famille et qu'il a stabilisé ses finances.

Celui-ci purge une peine à perpétuité depuis 1986 pour double meurtre. «La version officielle indique que vous avez tué deux collègues policiers appelés à intervenir dans un entrepôt où vous veniez de commettre un vol, rapportent les commissaires. Selon vos dires, vous auriez été pris par surprise en flagrant délit à vous adonner à des pratiques masturbatoires fétichistes et refusiez que vos déviances sexuelles soient mises à jour.» Il avait alors avoué avoir commis entre 200 et 300 vols.

L'accusé avait purgé seulement 17 des 25 années minimales prévues à sa peine en raison de son comportement exemplaire en prison. Il a été remis en liberté en 2002.

Vols d'objets féminins

Dix ans plus tard, Serge Lefebvre se trouvait encore devant les tribunaux pour de nombreux vols liés à des objets féminins qui alimentaient son fétichisme. Il est retourné derrière les barreaux pour purger une peine de trois ans.

Au cours de son séjour, il a suivi une thérapie pour soigner sa déviance sexuelle et vaincre ses troubles psychologiques comme l'anxiété, l'insécurité, une faible estime de soi, la mauvaise gestion des émotions et un développement affectif inadéquat.

Si les progrès effectués lui permettent d'obtenir une libération conditionnelle, le travail n'est pas terminé. Lefebvre devra poursuivre son traitement avec un psychologue concernant sa déviance sexuelle et devra aussi respecter un couvre-feu. À ce sujet, les commissaires notent que l'accusé avait tendance à faire des marches nocturnes dans des périodes dépressives, moments où il en profitait pour commettre des vols.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer