Incendie de Charlesbourg: Guy Bertrand défendra la famille

L'incendie de la rue des Cyprès n'était pas... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

L'incendie de la rue des Cyprès n'était pas d'origine criminelle. Il aurait pris naissance dans le salon du logement de la famille Chicoine, qui a dû quitter les lieux en sautant de la fenêtre du quatrième étage.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) «Même si un pompier a été héroïque en attrapant mon filleul Jason, il y a eu des erreurs...», affirme Guy Chicoine, dont la soeur Nathalie a été blessée gravement en sautant de son logement en flammes mercredi matin. La famille a donc requis les services de Me Guy Bertrand pour défendre ses intérêts et ses droits dans ce dossier.

«On va aller jusqu'au bout dans ça», a déclaré M. Chicoine au Soleil, qui souhaite que Me Bertrand fasse la lumière sur le dossier. L'homme voudrait bien savoir pourquoi l'échelle du camion de pompiers n'a pu être déployée mercredi matin et pourquoi les pompiers n'avaient pas de dispositif pour recueillir les personnes qui sautaient de leur logement. 

«Que l'échelle ne fonctionne pas, qu'ils n'aient pas eu de filets ou de trampolines, c'est inacceptable. Aussi, les pompiers disent qu'ils ont été là en moins d'une minute. C'est faux. Ça a pris une dizaine de minutes», poursuit M. Chicoine. «Ils disent qu'un deuxième camion était en route, mais ma soeur avait déjà avalé beaucoup de fumée. Ils n'ont pas eu le choix de sauter.»

Opérés

Nathalie Chicoine et son copain Claude, qui a lui aussi sauté du logement en flammes, ont passé de longues heures sur la table d'opération jeudi. «L'opération de Nathalie devait durer 10 heures, mais après 12 heures, elle était toujours sur la table d'opération, et ils ont dû appeler une deuxième équipe de chirurgie. Elle se bat pour sa vie. Pour le moment, elle n'est pas en danger, mais on ne sait jamais comment quelqu'un sortira d'une si longue opération. Moi, ça commence à m'inquiéter vraiment», a indiqué Guy Chicoine vers 21h jeudi soir.

La mère de famille est maintenue dans un coma artificiel après avoir subi cinq fractures au visage et de multiples fractures au corps. Quant à son copain Claude, il a passé près de cinq heures sur la table d'opération pour soigner des blessures au dos et aux poignets. «J'ai vu Claude en après-midi. Il a un corset et il se porte mieux. Je n'ai pas arrêté de lui dire qu'il était un héros d'avoir forcé Nathalie et Jason à sauter. Il leur a sauvé la vie», poursuit M. Chicoine.

«Quand on paie des taxes pour les pompiers,... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

«Quand on paie des taxes pour les pompiers, on s'attend à ce qu'ils aient de l'équipement à la fine pointe de la technologie et qui fonctionne bien», affirme Guy Bertrand, qui rappelle que lors de la tragédie de l'Isle-Verte, l'échelle n'avait pas fonctionné non plus.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Jason Chicoine, 10 ans, n'a pour sa part pas subi de blessure physique. «Physiquement, il est correct, mais psychologiquement, c'est autre chose. Il a déjà un rendez-vous de pris avec la psychologue de l'école. C'est sa grand-mère qui s'occupe de lui durant la convalescence de sa mère. Jason trouve ça difficile. Il parle beaucoup, chose qu'il ne fait pas d'habitude. Il a peur que sa mère meure», raconte son oncle.

L'homme ajoute que le directeur de l'école du jeune Jason a lancé une campagne d'entraide auprès du personnel de l'établissement afin de venir en aide à Nathalie, à son fils Jason et à sa fille de six ans, qui se trouvait chez un autre membre de sa famille lors de l'incendie. «Nathalie a tout perdu dans cet incendie», déclare son frère.

Un habitué

De son côté, le cabinet de Guy Bertrand est habitué aux dossiers qui concernent des erreurs ou de la négligence de la part de pompiers lors d'incendies. Me Gratien Boily, qui a plaidé dans le dossier de Laurentides Motels, à qui la Ville de Beauport a été condamnée à verser près de 5 millions $ à la suite d'un incendie survenu en 1972, fait partie de son cabinet. Me Bertrand a également travaillé dans la cause de l'incendie qui a fait 32 morts à la Résidence du Havre de L'Isle-Verte en janvier 2014.

«Quand on paie des taxes pour les pompiers, on s'attend à ce qu'ils aient de l'équipement à la fine pointe de la technologie et qui fonctionne bien. Et si ça ne fonctionne pas, qui est responsable? Si la Ville démontre que toutes les vérifications ont été faites, on pourra se tourner vers le fabricant de l'équipement», explique l'avocat au Soleil.

Me Bertrand rappelle que dans le dossier de la tragédie de L'Isle-Verte, l'échelle n'avait pas fonctionné non plus. «Dans un tel cas, les pompiers doivent avoir un plan B. Par exemple, un filet de sécurité pour recueillir les personnes qui sautent. Toute personne a le droit d'être sauvée quand elle est en péril et, comme pompier, ta responsabilité est de leur porter secours même si le boyau ou l'échelle ne fonctionne pas.»

L'avocat a toutefois ajouté que pour l'instant, la priorité était accordée à la santé de sa cliente. «Je suis confiant que la médecine puisse faire des miracles», a-t-il affirmé en terminant.

L'incendie n'était pas criminel

L'incendie de la rue des Cyprès n'était pas d'origine criminelle et aurait pris naissance dans le salon du logement de la famille Chicoine, qui a dû quitter les lieux en sautant de la fenêtre du quatrième étage. C'est la conclusion à laquelle en sont arrivés les enquêteurs du service de protection contre les incendies de la Ville de Québec. Quant à la cause exacte du sinistre, les pompiers de Québec étudiaient toujours deux hypothèses jeudi. À la suite du déclenchement d'une enquête interne concernant les événements, le Service de protection contre l'incendie de la Ville de Québec a toutefois cessé de répondre aux questions des médias concernant l'intervention. «D'autant plus que notre service juridique nous a informés qu'on pourrait faire l'objet d'une poursuite. Ça tombe comme une brique», a déclaré France Voiselle, porte-parole des pompiers de Québec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer