Des serres ravagées par un incendie à Lévis

À l'arrivée des pompiers, le feu avait éclaté... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

À l'arrivée des pompiers, le feu avait éclaté dans la structure d'environ 40 par 50 pieds. Des flammes et une épaisse colonne de fumée s'échappaient de la bâtisse.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un incendie qui s'est déclaré lundi aux serres Claude Lizotte à Lévis compromet la production de plantes annuelles de l'entreprise pour la prochaine saison et, du coup, pourrait toucher jusqu'à 25 emplois.

Le feu a pris naissance vers 11h dans le bâtiment du 1211, chemin Terrebonne, qui abrite la chaufferie qui alimente les serres. «J'arrivais d'y faire une inspection. Quand je suis revenu à la maison, un voisin a appelé pour dire qu'il voyait de la fumée», raconte Martin Fontaine, copropriétaire de l'entreprise.

La chaufferie est équipée d'un système électrique, mais aussi d'un système d'appoint au bois. Cependant, ce dernier n'était pas en fonction lors de l'incendie. «Je ne sais pas ce qui a pu se produire», ajoute M. Fontaine.

À l'arrivée des pompiers, le feu était éclaté dans la structure d'environ 40 sur 50 pieds. Des flammes et une épaisse colonne de fumée s'échappaient de la bâtisse. Il faut dire que l'élément destructeur était alimenté par la présence d'une quinzaine de cordes de bois à l'intérieur.

«Depuis que le bâtiment s'est effondré, c'est difficile d'atteindre les foyers d'incendie», expliquait le directeur adjoint du service des incendies, Richard Amnotte, en début d'après-midi. Il a fallu l'intervention d'une pelle mécanique pour éventrer la toiture tombée sur les débris et permettre aux sapeurs d'accéder aux foyers d'incendie.

Impuissant, M. Fontaine regardait la structure s'envoler en fumée. «Je ne sais pas si on va pouvoir partir une production cette année», s'interrogeait-il, l'air dépité. Pour cela, il faut reconstruire rapidement. Le responsable de la production estime qu'il faut commencer la culture au début février.

Et pas de culture, pas de travail à offrir. Au plus fort de la saison, il peut y avoir jusqu'à 25 employés en poste. M. Fontaine ne pouvait, lundi, évaluer les pertes matérielles.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer