Grièvement blessé, un homme réclame 745 500$ au motoneigiste qui l'a heurté

Roger Laurendeau s'était offert un cadeau de Noël... (Archives La Presse)

Agrandir

Roger Laurendeau s'était offert un cadeau de Noël le 21 décembre 2012 en se procurant une motoneige d'occasion, une Bombardier Formula Z-670 de l'année 1998.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le propriétaire d'une entreprise de Plessisville réclame 745500 $ à un motoneigiste l'ayant heurté de plein fouet sur un sentier balisé, lui infligeant de multiples fractures. Le conducteur fautif a fui les lieux de la collision sans s'enquérir de l'état de la victime.

Selon une poursuite déposée cette semaine au palais de justice de Québec, Roger Laurendeau s'était offert un cadeau de Noël le 21décembre 2012 en se procurant une motoneige d'occasion, une Bombardier Formula Z-670 de l'année 1998.

Le soir venu, le propriétaire du commerce Les Couvertures Laurendeau inc. prend le guidon de son nouveau joujou et emprunte un sentier pour se rendre chez un ami, à Princeville. Sur le chemin du retour, le destin frappe.

La courroie de la motoneige se brise, forçant M. Laurendeau à s'immobiliser pour effectuer une réparation. Il est alors 21h45 et la noirceur est bien installée. Selon les faits relatés dans le document de cour, un bon samaritain qui passait par là s'arrête pour donner un coup de main à Roger Laurendeau, âgé de 31 ans au moment des faits. Les deux hommes déplacent la motoneige pour éviter qu'elle ne bloque le sentier et commencent la réparation.

«Alors que M. Laurendeau s'affairait à réparer sa motoneige en position penchée au-dessus du moteur, M. Éric Croteau est arrivé en trombe au volant de sa motoneige et l'a percuté directement», allègue la poursuite. La victime a fait un vol plané sur une vingtaine de pieds avant de s'effondrer dans la neige.

M. Laurendeau a subi six fractures, soit une du péroné, une du tibia, une du radius distal (poignet), une à une côte et deux au même pied.

Certaines blessures ont nécessité une intervention chirurgicale lors de son hospitalisation le jour de l'accident. «Ces fractures ont mis énormément de temps à guérir et M. Laurendeau a dû subir une greffe d'os, puis être réopéré pendant la période des Fêtes de 2013 [un an plus tard].»

Malgré les blessures évidentes subies par Roger Laurendeau, Éric Croteau «a immédiatement fui les lieux sans porter assistance à la victime, qui était grièvement blessée, dans le but évident d'échapper à ses responsabilités», tranchent les avocats de M.Laurendeau.

L'homme âgé de 43 ans à l'époque commettait ainsi un délit de fuite, une infraction criminelle. La Chambre criminelle et pénale de la Cour du Québec a d'ailleurs été saisie de l'affaire. Croteau a été arrêté pour délit de fuite avec lésions corporelles en février 2013 et a été reconnu coupable cet été. Il doit recevoir sa sentence quelque part en 2016. Il a été remis en liberté au courant des procédures moyennant une caution.

Douleurs et séquelles

Même si le conducteur fautif a déjà eu affaire à la justice, Roger Laurendeau estime qu'il doit payer pour les conséquences à long terme qui l'affligent toujours. Charpentier-menuisier et propriétaire d'une entreprise de construction, M. Laurendeau affirme qu'il n'est plus en mesure d'accomplir des tâches qu'il n'avait aucune difficulté à faire avant la collision du 21 décembre 2012.

«Il est devenu incapable d'assumer les tâches essentielles pour le bon fonctionnement [de son entreprise]», peut-on lire dans la requête. «Conséquemment, Les Couvertures Laurendeau inc. et M. Laurendeau personnellement ont subi des ennuis financiers qui ne seraient jamais survenus n'eût été les blessures causées par Éric Croteau.»

La poursuite évoque aussi des troubles psychologiques chez la victime, des douleurs persistantes et des pertes de contrat pour la compagnie. «Il était au fond du gouffre et peine toujours à se relever.»

En son nom et en celui de son entreprise, Roger Laurendeau réclame 745500 $ en dommages pour tous les torts causés.

Il est à noter que la Société de l'assurance automobile du Québec ne couvre pas les accidents de motoneige ou de véhicule hors route, d'où l'option de faire appel aux tribunaux.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer