Un ado montréalais reconnu coupable de crimes liés au terrorisme

Le père de l'adolescent accusé... (La Presse, Ivanoh Demers)

Agrandir

Le père de l'adolescent accusé

La Presse, Ivanoh Demers

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

C'est un adolescent montréalais de 16 ans qui devient le tout premier Canadien à être reconnu coupable d'avoir planifié de quitter le Canada pour participer aux activités d'un groupe terroriste à l'étranger, une nouvelle disposition du Code criminel adoptée en 2013.

L'adolescent, qu'on ne peut identifier, avait 15 ans lorsqu'il a commis un vol dans un dépanneur, en octobre 2014. La Couronne a plaidé que ce vol avait pour but de financer son transport vers le Moyen-Orient pour prendre part aux activités du groupe armé État islamique en Syrie.

À l'issue du procès, la juge Dominique Wilhelmy, de la Chambre de la jeunesse, a finalement reconnu, jeudi, l'adolescent coupable d'avoir commis un vol pour le bénéfice d'une organisation terroriste, et d'avoir planifié de quitter le Canada pour participer aux activités d'un groupe terroriste à l'étranger. La juge soutient que «cette triste histoire est celle d'un jeune garçon envahi par les messages de violence, de vengeance et de guerre émis par l'État islamique».

Échanges de messages avec Martin Couture-Rouleau

Selon l'avocat de l'accusé, tout ce que la Couronne a pu prouver, c'est que l'adolescent avait évoqué le projet de se rendre en Syrie pour aider ses «frères» musulmans. La Couronne soutenait plutôt que le garçon, qui avait échangé des messages sur Twitter avec le sympathisant islamiste Martin Couture-Rouleau, était résolu à se rendre en Syrie.

Martin Couture-Rouleau est celui qui a tué l'adjudant Patrice Vincent, des Forces armées canadiennes, en le renversant avec sa voiture dans le stationnement d'un centre commercial de Saint-Jean-sur-Richelieu, en octobre 2014 - quelques jours après le vol au dépanneur. Il avait plus tard été tué par la police.

Dans sa décision, la juge Wilhelmy salue par ailleurs l'intervention exemplaire des parents de l'adolescent. «En alertant les autorités, ses parents lui ont probablement sauvé la vie, conclut la juge. Combien sont des loups solitaires comme Martin Couture-Rouleau et combien rêvent de migration vers l'État islamique, comme l'accusé?»

Avant de déterminer la peine, le tribunal a demandé une évaluation psychologique de l'accusé et un rapport présentenciel. La procureure Marie-Ève Moore a indiqué jeudi que la Couronne attendra de consulter ces documents avant de déterminer quelle peine elle suggérerait au tribunal. La poursuite a déjà évoqué par le passé la possibilité de demander une peine pour adulte.

S'il était assujetti à une peine pour adulte, l'adolescent serait passible de la prison à vie pour le vol commis au bénéfice d'une organisation terroriste, et de 10 ans de prison pour avoir planifié de quitter le Canada afin de participer aux activités d'un groupe terroriste à l'étranger.

«On parle ici de condamner un adolescent [...] et nous allons devoir faire l'exercice de promouvoir sa réhabilitation et sa réinsertion sociale, tout en maintenant la protection du public dans le cas d'infractions terroristes», a indiqué Me Moore, qui a elle aussi vanté le bon jugement des parents dans cette affaire. «La juge a souligné l'implication des parents et nous souhaitons notamment souligner nos pensées à la famille, qui, comme l'a souligné la juge, vit certainement des moments difficiles présentement.»

Les audiences reprendront le 5 janvier.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer