Un agresseur en série déclaré délinquant dangereux

La juge Chantale Pelletier a estimé vendredi au... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La juge Chantale Pelletier a estimé vendredi au palais de justice de Québec que Richard Lavoie «fait partie de cette catégorie de délinquants qui représente une menace permanente pour la société».

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Le Tribunal est convaincu que l'accusé constitue un danger pour la vie, la sécurité ou le bien-être physique ou mental de qui que ce soit.»

Dans une décision tout ce qui a de plus cinglante, Richard Lavoie, 54 ans, de Québec, vient d'être déclaré délinquant dangereux. La juge Chantale Pelletier estime qu'il «fait partie de cette catégorie de délinquants qui représente une menace permanente pour la société».

Depuis 1982, Lavoie a accumulé les délits criminels de toutes sortes et les peines de détention de plus en plus lourdes.

En 2006, il s'attaque à sa conjointe de l'époque, la blessant au cours d'une violente agression sexuelle. Les crimes sordides lui vaudront deux peines de 28 mois. À ce moment, en février 2008, il est déclaré délinquant à contrôler et soumis à une surveillance pour une période de 10 ans.

Richard Lavoie passera 19 mois à l'intérieur du pénitencier. Libéré d'office, il doit demeurer à la maison de transition centre Marcel-Caron et observer plusieurs conditions, notamment un couvre-feu. Agressif et manipulateur, Lavoie se fait suspendre de son groupe d'aide.

Au printemps 2011, il rencontre une femme, mais néglige d'en informer ses agents de surveillance.

Le soir du 16 avril, dans un appartement prêté par une amie, Richard Lavoie, intoxiqué par l'alcool, saisit le bras de sa copine et la pousse sur le lit. Il lui serre le cou jusqu'à ce qu'elle étouffe.

La dame réussit à se dégager et tente d'appeler les secours avec son cellulaire. Lavoie lui enlève l'appareil et la frappe au front avec. Il va ensuite rouer sa victime de coups de poing. La femme s'évanouit de douleur.

Lorsqu'elle reprend conscience, Lavoie est en train de déchirer ses vêtements. Il lui prend brusquement les seins en menaçant de la violer. Le criminel crie qu'il va la tuer et ensuite se suicider.

Durant de longues heures, il va suivre sa victime à travers l'appartement, l'empêchant de fuir.

La femme réussit finalement à appeler les policiers qui vont la trouver nue, recroquevillée dans la salle de bain. Ils arrêtent aussitôt Richard Lavoie.

Le récidiviste a plaidé coupable en octobre 2014 aux multiples délits commis lors de cette soirée.

La procureure de la Couronne Me Rachel Gagnon a réussi à convaincre la cour que Richard Lavoie devait être mis à l'écart pour longtemps.

Puisque l'encadrement d'un délinquant à contrôler n'a visiblement pas été suffisant, la poursuite réclamait un statut de délinquant dangereux et un emprisonnement pour une durée indéterminée.

Dans ces cas, assez rares, les criminels sont incarcérés pour une durée minimale de sept ans. Leur cas est ensuite réévalué par le service des libérations conditionnelles.

La juge Chantale Pelletier a donné raison à la poursuite. «Le délinquant démontre qu'il est incapable de contrôler ses actes et permet de croire qu'il causera vraisemblablement la mort de quelque autre personne ou causera des sévices ou des dommages psychologiques graves à d'autres personnes», écrit la juge dans sa décision.

Aucune preuve n'a été présentée pour démontrer une possibilité réelle de traitement, ajoute le tribunal. «Au contraire, l'accusé semble imperméable aux interventions de toutes sortes.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer