Manifester pour que leur employeur en défaut de paiement soit pénalisé

Les agents de l'entreprise Sécurité Pro-Est ont manifesté,... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Les agents de l'entreprise Sécurité Pro-Est ont manifesté, mercredi, devant le Conseil du trésor.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Néron
Le Soleil

(Québec) Des travailleurs d'une agence de sécurité affectés au palais de justice de Québec et au quartier général de la Sûreté du Québec demandent au gouvernement de cesser d'octroyer des contrats à leur employeur qui «multiplie les retards dans le paiement de ses employés».

Les agents de l'entreprise Sécurité Pro-Est ont manifesté, mercredi, devant le Conseil du trésor, un autre client de l'agence, pour faire cette demande pour le moins particulière.

Environ 10 % des quelque 80 employés de l'entreprise n'ont pas reçu un sou de leur plus récente paie qui devait être versée le 3 décembre, explique Stéphane Néron, représentant du syndicat des Métallos. Celui-ci craignait le pire pour la paie prévue ce jeudi. 

Sécurité Pro-Est, établie à Matane, assure le service dans plusieurs édifices publics, comme des palais de justice, dont ceux de Québec, de Saint-Joseph-de-Beauce et de Gaspé, l'édifice du Conseil du trésor et des postes de la Sûreté du Québec.

L'exaspération se fait sentir à l'approche des Fêtes, une période de l'année coûteuse. Sans compter que ce n'est pas la première fois que les travailleurs vivent une situation similaire. 

En octobre, un arbitre ordonnait au propriétaire de l'entreprise, Sylvain Gauthier, de verser 21 173,05 $ plus les intérêts au syndicat des Métallos pour des cotisations syndicales et des primes pour le régime d'assurance collective non payées. De plus, les syndiqués «ont dû se battre pour obtenir le versement de 2 % rattaché à des maladies», souligne M. Néron. 

Gestion décriée

Selon lui, la situation découle d'une mauvaise gestion. «Si M. Gauthier soumissionne trop bas et qu'après il n'est pas capable de payer son monde, ça ne va pas», lance le représentant syndical.

La manifestation de mercredi vise à rappeler que le «client a le pouvoir de changer d'agence de sécurité», souligne-t-il. «Les contrats pourraient être résiliés d'ici un mois. Les conventions collectives sont ainsi faites qu'une autre agence, affiliée aux Métallos, aurait l'obligation de garder en poste les agents déjà en poste», souligne-t-il. Les Métallos ont l'avantage de représenter 14 000 des 18 000 agents de sécurité du Québec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer