Affaire Cédrika Provencher: plus de 200 policiers sur place

Plus de 200 policiers sont sur place en... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Plus de 200 policiers sont sur place en ce lundi pluvieux afin d'effectuer des recherches.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Sûreté du Québec sort l'artillerie lourde pour accentuer les recherches avec l'objectif de retracer le moindre indice qui pourrait mener à un suspect en lien avec le meurtre de Cédrika Provencher. Plus de 200 policiers sont sur place en ce lundi pluvieux afin d'effectuer ce travail de moine.

Les policiers ont commencé à se présenter tôt lundi matin sur les lieux de la découverte du corps de la victime. Les agents sont arrivés par équipes. La dernière s'est déployée vers 8 h 45.

«Ce sont des policiers de l'unité d'urgence et de l'unité d'urgence auxiliaire. Ils sont formés en recherche terrestre. Ici, on est en terrain boisé, marécageux par endroits. Ça demande une formation spécialisée. Les policiers savent ce qu'ils font», commente le sergent Daniel Thibodeau, porte-parole de la Sûreté du Québec.

La police quadruple ainsi le nombre de policiers qui étaient sur place dimanche. On comptait alors une cinquantaine de policiers.

Si on inclut les enquêteurs et les équipe de soutien, ce sont près de 250 membres de la SQ qui sont à Trois-Rivières lundi pour oeuvrer à cette enquête. Toutes ces personnes peuvent travailler sans devoir affronter le verglas ou la neige, ce qui va les aider dans leurs fonctions.

«Heureusement, ça ne tombe qu'en pluie. À part d'être désagréable, la pluie ne met pas fin aux recherches. Quand il y a un recouvrement du sol, ça ralentit les efforts, mais sans les empêcher. Dame nature est sur notre bord», ajoute le sergent Thibodeau.

Verglas

Le verglas qui a tombé en début de journée a incité les autorités policières à remiser l'hélicoptère. Aucun chien pisteur n'est entré dans le décor.

Cette enquête est effectuée à la suite de la découverte d'ossements par des chasseurs qui se promenaient dans cette portion du secteur est de la ville de Trois-Rivières, vendredi. La SQ a confirmé tard samedi soir que ces restes humains étaient ceux de Cédrika Provencher, cette jeune fille disparue depuis le 31 juillet 2007 à Trois-Rivières.

Cette nouvelle a d'ailleurs incité des dizaines de personnes à contacter la SQ afin de refiler différentes informations. Le sergent Thibodeau ne peut qualifier les informations transmises jusqu'à maintenant, mais est ravi de la réponse du public.

«Toute information est bonne. Même si on dit que ça remonte à plusieurs années, toute information est pertinente», insiste-t-il.

La centrale d'information criminelle de la SQ peut être contactée via le 1 800 659-4264.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer