L'enquête sur Cédrika Provencher relancée

Dimanche, des dizaines de policiers effectuaient un large... (Le Nouvelliste, Olivier Croteau)

Agrandir

Dimanche, des dizaines de policiers effectuaient un large ratissage du secteur, et le travail devrait se poursuivre pendant plusieurs jours.

Le Nouvelliste, Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Alors que la famille de Cédrika Provencher s'apprête à vivre les premières étapes du deuil, la découverte d'ossements de la fillette disparue depuis 2007 permet aux policiers de relancer une enquête qui, vue de l'extérieur, semble piétiner depuis huit ans.

Dimanche, une cinquantaine de policiers étaient aux abords de l'autoroute 40 en direction est, dans le secteur Sainte-Marthe-du-Cap à Trois-Rivières, pour passer la scène de crime au peigne fin. Ils pourraient être une centaine lundi dès 7h, voire plus de 175 mardi en fonction des besoins. Qui plus est, les enquêteurs ont reçu de nouvelles informations provenant du public qui pourraient apporter de l'eau au moulin. Car le temps presse : les premières neiges risquent de compliquer considérablement les recherches. Dimanche, le branle-bas de combat était tel que le directeur général de la Sûreté du Québec en personne a senti le besoin de venir encourager ses troupes.

«Ce dossier-là me tient à coeur, signale Martin Prud'homme. C'est un événement triste, alors c'est important d'être ici et de soutenir les gens.»

Depuis 2007, M. Prud'homme travaille sur le dossier Cédrika Provencher. Au moment de la disparition de la jeune fille, il supervisait et coordonnait l'ensemble des dossiers d'homicides pour la Sûreté du Québec, en plus d'autoriser et de coordonner les opérations majeures. Dimanche, il est allé offrir son soutien aux parents de Cédrika Provencher, ajoutant du même souffle, sans entrer dans les détails, que l'enquête progressait. «Ce matin [dimanche], j'ai rencontré Martin et Karine, et je peux vous dire que c'est une journée difficile pour eux. Je tenais à les rencontrer pour leur offrir mes condoléances», déclare le chef des forces policières.

Lundi, donc, les policiers tenteront de couvrir une plus large superficie de territoire, malgré l'alerte de pluie verglaçante émise par Environnement Canada. «Avant que Dame Nature prenne le dessus, on va déployer les effectifs qu'il faut pour faire le travail le plus rapidement possible, tout en gardant nos manoeuvres efficaces», déclare le porte-parole de la Sûreté du Québec, dépêché sur place, le sergent Daniel Thibodeau.

Sympathie sur les réseaux sociaux

Dès l'annonce officielle de l'identité de la victime, retrouvée à moins d'une quinzaine de kilomètres du lieu de sa disparition, une pluie de messages de sympathie inondaient les réseaux sociaux. Une internaute lançait même l'idée de publier la photo de Cédrika Provencher comme porte d'entrée de son profil Facebook, à l'instar du drapeau français après les attentats du 13 novembre, afin d'épouser la cause de la famille. Une empathie particulièrement palpable sur les pages des membres de la famille de Cédrika Provencher. Dimanche matin, Martin Provencher écrivait justement l'ambivalence des émotions qui le chaviraient, entre la tristesse, d'une part, et une certaine forme de soulagement.

«Maintenant, le deuil peut commencer à se faire tranquillement, observe-t-il. Vous nous permettez de franchir une autre étape de cet horrible drame.»

«Pour ma part, c'est seulement un énorme cauchemar», renchérit sur son statut Mélissa Fortier-Provencher, la soeur de Cédrika. «Le deuil peut maintenant commencer. Et ma petite soeur peut maintenant reposer en paix. Veille sur nous petit coeur. On t'aime plus que tout et pour toujours!»

Tragédie nationale

En 2007, la disparition de Cédrika Povencher avait résonné en écho aux quatre coins du pays. Ainsi, Martin Provencher n'a pas manqué de mettre en relief sa reconnaissance. «Je profite aussi de l'occasion pour remercier une population entière qui nous a appuyés de toutes les manières, et ce, encore aujourd'hui par votre soutien si palpable.» Une gratitude partagée ou appréciée plus de 4000 fois sur les réseaux sociaux.

Un son de cloche précédé d'un message du grand-père de Cédrika, Henri Provencher, fondateur, président et directeur général de la Fondation Cédrika Provencher.

«Malgré la douleur et le coeur déchiré, je tiens à remercier du plus profond de mon coeur et au nom de toute la famille de Cédrika, toute la population, les policiers, les médias, les bénévoles nombreux qui ont aidé ou participé de près ou de loin aux recherches de ma petite puce et qui nous ont offert leur soutien et leur collaboration de maintes façons», écrit-il.

Retiré momentanément de la marée médiatique qui déferle sur sa famille, Henri Provencher tenait tout de même à expliquer son silence au plus grand nombre. «Notre mutisme, le temps de nous remettre et de reprendre pied, ne doit aucunement être perçu comme de l'indifférence envers vous tous et toutes», publie-t-il.

Notons que toute information relative à cette enquête peut être communiquée, et ce, de façon confidentielle, à la centrale d'information criminelle de la Sûreté du Québec, au 1 800 659-4264. Un enquêteur, et non une réceptionniste, prendra directement les appels.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer