Nouvelles accusations pour un délinquant sexuel récidiviste

Rémi Valcourt a fait face à de nouvelles accusations de... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Rémi Valcourt a fait face à de nouvelles accusations de contacts sexuels sur une jeune mineure de son entourage, jeudi, au palais de justice de Québec.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un délinquant sexuel récidiviste de Québec fait face à de nouvelles accusations relatives à des infractions de nature sexuelle commises sur une mineure de son entourage. Rémi Valcourt, 40 ans, a été arrêté par la police de Québec, lundi.

Le nom de Valcourt est bien connu du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ). Le père de famille a fait de multiples séjours en prison depuis 2005, étant condamné dans des histoires de violence conjugale, de voies de fait, de harcèlement criminel et de contacts sexuels avec de jeunes filles n'ayant pas atteint l'âge de consentement ou envers lesquelles il était en situation d'autorité.

Sa dernière condamnation, remontant à 2012, lui avait valu une peine de prison d'un an. Rémi Valcourt avait alors été inscrit à perpétuité au Registre national des délinquants sexuels.

Lundi, Valcourt a été arrêté après qu'une enquête du SPVQ eut débouché sur cinq nouvelles accusations relatives à des infractions de nature sexuelle commises sur une enfant de moins de 16 ans de son entourage. Les faits reprochés se seraient produits en mai 2008 et à l'été 2012.

La SPVQ n'a pas voulu commenter l'arrestation de lundi. Malgré son robuste historique judiciaire, Rémi Valcourt a été libéré avec promesse de comparaître ultérieurement.

Policiers blâmés pour fouille abusive

En février 2015, deux policiers du SPVQ avaient été blâmés par le Comité de déontologie policière pour une fouille abusive sur M. Valcourt, survenue en décembre 2012.

À l'époque, un contrôle de routine des deux agents, Yannick Campagna et Sébastien B. Roy, avait rapidement viré en altercation et ceux-ci avaient décidé de fouiller Rémi Valcourt, son véhicule et son cellulaire, affirmant craindre pour leur sécurité.

Ce dernier prétendait plutôt être injustement harcelé en raison de son dossier criminel.

En 2015, dans son verdict, le Comité de déontologie policière lui avait donné raison en suspendant pour deux jours sans salaire les deux agents, pourtant décorés quelques mois plutôt pour un geste héroïque.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer