TCE à Shannon: en appel sans la Santé publique

Le Regroupement des citoyens de Shannon allègue que... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le Regroupement des citoyens de Shannon allègue que le TCE, rejeté par la Défense nationale, aurait causé des cancers dans la population.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Décidément, le recours collectif intenté par des citoyens de Shannon, contre la Défense nationale, qui a souillé leur eau potable, suit un parcours pour le moins sinueux. Nouveau virage : la Cour d'appel, qui attend depuis deux ans une étude de la Santé publique sur le nombre de cancers dans cette ville, procédera finalement en février, vraisemblablement sans l'analyse scientifique tant attendue.

Petit récapitulatif pour rafraîchir les mémoires : le Regroupement des citoyens de Shannon allègue depuis une quinzaine d'années que du trichloréthylène (TCE) - un dégraissant industriel cancérogène rejeté dans la nature par la Défense et un de ses sous-traitants - est la cause de nombreux cancers chez les résidents actuels et passés qui ont bu l'eau contaminée. Le premier procès s'est conclu par une quasi-défaite pour le groupe qui a choisi de se présenter à la Cour d'appel.

Celle-ci était prête à entendre les parties début 2014... Mais Le Soleil avait révélé un an plus tôt que la Santé publique avait embauché des experts internationaux pour rouvrir le dossier; alors qu'elle avait affirmé durant le premier procès que le TCE dans l'eau n'était pas lié aux cancers recensés, elle affirmait maintenant que les données étaient «préoccupantes», que les inquiétudes étaient «justifiées» : huit types de cancer, dont celui du cerveau, allaient être expertisés.

Reportée

Tout un revirement. Les juges de la Cour d'appel ont alors averti les avocats que la cause devait être reportée, puisque la Santé publique pourrait se dédire, changer son témoignage du tout au tout.

Mais la fameuse analyse scientifique n'est toujours pas prête. Attendue à l'automne 2014, elle a d'abord été reportée au printemps 2015, puis à l'été, ensuite à l'automne... «Le rapport n'est pas terminé», indique Karine Primard, agente d'information au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux qui chapeaute la Santé publique. Et on pense publier cette importante étude quand? «Ça fait longtemps qu'elle est supposée être sortie, puis elle n'est toujours pas sortie. Cela fait qu'on n'ose plus donner de date.»

Ça va faire 16 ans»

«Il n'y a plus rien qui nous surprend de la Santé publique!» balance Jean Bernier, vice-président du Regroupement des citoyens de Shannon. Dans le dossier depuis le début, on sent le militant dépité. «De saison en saison en saison, c'est toujours reporté. [...] De report en report en report, ça va faire 16 ans. Il faut procéder.»

Peu importe les travaux des experts mandatés par la Santé publique, les avocats des citoyens et ceux du gouvernement fédéral ont convenu d'en découdre au tribunal sans attendre. Rendez-vous le 22 février. «Le juge nous a dit de réserver notre semaine au complet.»

Et si la Santé publique décidait finalement de publier les résultats des travaux sur les cancers à Shannon avant le procès, il ne sera pas trop tard pour la déposer au tribunal. Mais M. Bernier ne s'attend pas à ce qu'elle soit favorable à son camp : «On est sûr que ça va être négatif envers les citoyens.» L'amertume du premier procès, durant lequel la Santé publique a nié le lien entre le TCE dans l'eau et les cancers, demeure forte.

Au fait, la nappe phréatique qui coule sous Shannon jusqu'au secteur Val-Bélair de Québec et la rivière Jacques-Cartier est toujours contaminée. Mais la Ville a reçu des fonds fédéraux pour construire un réseau d'aqueduc qui achemine de l'eau propre aux citoyens.

Jean Bernier, vice-président du Regroupement des citoyens de... (Photothèque Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Jean Bernier, vice-président du Regroupement des citoyens de Shannon, déplore le report constant du rapport de la Santé publique. 

Photothèque Le Soleil

Trudeau interpellé par les citoyens

Le Regroupement des citoyens de Shannon compte profiter de l'arrivée d'un nouveau gouvernement à Ottawa. Il interpellera le premier ministre libéral Justin Trudeau dans l'espoir que les résidents soient indemnisés, que la nappe phréatique polluée au TCE soit nettoyée. «Ce sont des décisions éminemment politiques», note Jean Bernier, du comité. Plus jeune, moins militariste que son prédécesseur, peut-être que Justin Trudeau aura plus d'écoute, escompte M. Bernier. «Est-ce qu'il a l'esprit plus ouvert? [...] S'il est capable de dire : "Ça fait assez longtemps, réglons le problème"...»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer