Fusillade aux États-Unis: «Ça suffit», lance Obama

«Nous devons faire quelque chose à propos de... (AP, Susan Walsh)

Agrandir

«Nous devons faire quelque chose à propos de la facilité d'accès aux armes de guerre dans nos rues pour des personnes qui n'ont rien à faire avec» de telles armes, a fustigé le président Barack Obama.

AP, Susan Walsh

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Shahzad Abdul
Agence France-Presse
Washington

Une énième fusillade meurtrière aux États-Unis, dans un centre de planification familiale du Colorado où l'on pratique l'avortement, a provoqué la colère du président Barack Obama, qui a une fois de plus dénoncé samedi l'accès aux armes de guerre dans le pays.

Un tireur s'était introduit vendredi dans le centre de Planned Parenthood de Colorado Springs (ouest) pour «terroriser toute une communauté», selon les termes d'un communiqué du président Obama, avant d'ouvrir le feu durant de longues heures, tuant trois personnes, dont un policier, et faisant neuf blessés.

Les enquêteurs cherchent désormais à connaître les mobiles du tireur, Robert Lewis Dear, 57 ans, selon les autorités, et qui a été arrêté vendredi après plus de cinq heures d'échanges de tirs, en plein week-end de l'Action de grâce, la plus grande fête du calendrier américain.

«Nous devons faire quelque chose à propos de la facilité d'accès aux armes de guerre dans nos rues pour des personnes qui n'ont rien à faire avec» de telles armes, «ça suffit», a tonné M. Obama.

Alors que les mobiles précis et les circonstances exactes du drame restent à élucider, le président Obama a précisé que l'homme armé «avait pris des otages» lors du siège du centre de planification familiale, ajoutant qu'il possédait «une arme d'assaut».

Samedi, la police de la ville a confirmé sur Twitter que «le bâtiment a été sécurisé». La veille, elle avait laissé entendre que l'auteur de la fusillade aurait pu truffer l'immeuble d'explosifs.

«Ce n'est pas normal. Il ne faut pas que cela devienne normal», a protesté Barack Obama, qui réagit systématiquement lors de fusillades meurtrières dans son pays en réclamant un meilleur contrôle des armes à feu, notamment les plus puissantes et exhorte, sans succès, le Congrès à légiférer.

Plus d'une fusillade par jour

D'ailleurs, une telle tuerie «pourrait se dérouler dans n'importe quelle grande ville d'Amérique. Cela s'est passé cette fois dans la nôtre. Cela arrivera dans d'autres communautés la prochaine fois», a déploré samedi sur la télévision CNN John Suthers, maire de Colorado Springs, bastion conservateur de l'État.

Colorado Springs est une importante ville de garnison, siège de la base aérienne de Peterson et du commandement militaire chargé de la sécurité aérienne des États-Unis et du Canada (Norad).

En date du 20 novembre, les États-Unis avaient été le théâtre de 337 fusillades de masse en 2015, soit plus d'une par jour, selon le site Shootingtracker, qui recense tous les incidents de ce type impliquant au moins quatre victimes, qu'elles aient été tuées ou blessées.

M. Obama l'a reconnu: «nous ne savons pas encore pour quelles prétendues raisons un homme armé a tiré sur 12 personnes».

De fait, ni les autorités ni les responsables de centres de planification familiale n'ont été en mesure de dire clairement si la fusillade était liée au combat antiavortement.

Le tireur, qui apparait sur la photo diffusée par les autorités en tenue orange de détenu, cheveux gris et barbe blanche fournie, est incarcéré dans un centre de détention du comté d'El Paso (Colorado). Il devrait comparaître en justice dès lundi, affirme le New York Times, ce qui pourrait permettre de connaître les raisons de son geste.

Les centres de planification familiale sont, aux États-Unis, les principaux à fournir des services gynécologiques: des examens préventifs, des contraceptifs mais aussi à réaliser des interruptions volontaires de grossesse (IVG).

La pratique de l'IVG en fait régulièrement des cibles de manifestations, voire d'agressions, pour les opposants farouches à l'avortement.

Ces centres se sont récemment retrouvés au coeur d'une polémique en raison de la diffusion de vidéos qui laissaient entendre que l'organisation vendait des cellules foetales.

Le Congrès, dominé par les républicains, a également tenté à plusieurs reprises de couper les financements publics de l'organisation lors de discussions budgétaires. Mais sans succès jusqu'à présent.

La police a annoncé un renforcement de la sécurité autour des centres de planification familiale au Colorado.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer