Caroline Simard a choisi la «justice réparatrice»

«Je crois vraiment que l'important est de dénoncer... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

«Je crois vraiment que l'important est de dénoncer ce genre de gestes qui sont inacceptables et qui le seront toujours, a dit Caroline Simard. (...) Dans la société d'aujourd'hui, entre hommes et femmes, il doit y avoir du respect.»

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les excuses publiques de son «agresseur» suffisent à la députée libérale Caroline Simard pour sentir qu'une «justice réparatrice» a été rendue. La ministre de la Justice, elle, invite les victimes à porter plainte.

Le geste «inacceptable» posé par l'homme d'affaires Daniel Guay, de l'agence de location Hébergement Charlevoix, lors d'un cocktail, vendredi, n'entraînera pas une plainte formelle de la députée victime. Après sa dénonciation sur Facebook, Mme Simard estime avoir eu satisfaction à travers les excuses et la promesse de suivre une thérapie de M. Guay. Ce dernier a touché un sein de la députée lors de la prise d'une photo. 

«Il y a plusieurs façons de dénoncer, comme il y a plusieurs façons également de régler un litige ou un événement du genre, a déclaré Mme Simard, à l'entrée du caucus libéral, mardi. [...] Il y a une approche qui peut être de type justice réparatrice. C'est ce que j'ai choisi dans ce cas-ci.»

Les principes de justice réparatrice veulent que le délinquant reconnaisse ses torts, qu'il en assume la responsabilité et qu'il cherche à réparer les pots cassés. «Je crois vraiment que l'important est de dénoncer ce genre de gestes qui est inacceptable et qui le sera toujours, a dit Mme Simard. [...] Dans la société d'aujourd'hui, entre hommes et femmes, il doit y avoir du respect.»

Pour sa part, la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a enjoint les personnes à porter plainte contre leur agresseur. «J'invite les femmes qui sont victimes d'agression sexuelle à porter plainte, a-t-elle commenté. C'est d'abord et avant tout un acte criminel. Par la suite, la façon dont le dossier sera traité, ça appartiendra au Directeur des poursuites criminelles et pénales. Je ne peux qu'encourager les femmes à porter plainte et à dénoncer leur agresseur.»

Le premier ministre Philippe Couillard a salué le «courage» de sa députée et lui a assuré le soutien de l'ensemble du caucus. «Ce sont des moments pour les femmes qui sont excessivement difficiles à vivre et il faut qu'elles se sentent libres de s'exprimer et de dénoncer», a déclaré M. Couillard. 

Il estime que M. Guay a «bien agi» en présentant ses excuses et que «l'évènement est clos». Il n'a pas répondu précisément à une question sur le choix de dénoncer sur les réseaux sociaux plutôt que de s'en remettre au système de justice. «La façon dont ça s'est résolu est la bonne, a dit M. Couillard. Je pense qu'il faut laisser à Caroline le soin de vivre cet événement-là. Je crois qu'elle l'a clos de façon élégante et ferme.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer