Jade Morillon-Morissette jugée apte à comparaître

Jade Morillon-Morissette... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Jade Morillon-Morissette

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jade Morillon-Morissette est jugée «responsable» et apte à subir les procédures judiciaires intentées contre elle. Elle est accusée d'avoir tué une femme enceinte et son conjoint alors qu'elle conduisait son véhicule avec les capacités affaiblies par l'alcool.

De retour devant le tribunal lundi, Jade Morillon-Morissette a été déclarée apte à comparaître au terme d'une évaluation psychologique d'une durée de 30 jours. Son avocat, Me Simon Roy, ne pourra donc invoquer une défense de non-responsabilité criminelle.

Jade Morillon-Morissette a été accusée de conduite avec capacités affaiblies ayant causé la mort, de conduite dangereuse causant la mort et de négligence criminelle ayant causé la mort d'Ingrid-Carolina Zamorano-Pabon, 30 ans, et de Julian-Esteban Muneton-Vasquez, 29 ans. 

Le drame s'est produit le 30 août dans le quartier Limoilou. L'accusée de 27 ans circulait sur la 18e Rue en direction ouest lorsqu'elle a heurté de plein fouet le véhicule du couple circulant sur la 4e Avenue en direction sud. L'impact a été brutal, tuant Julian-Esteban Muneton-Vasquez sur le coup. Sa conjointe, enceinte de huit mois, est morte quelques minutes plus tard. Le couple de Colombiens était arrivé au Québec depuis seulement un an dans l'espoir d'y construire leur vie.

Avant l'accident, l'accusée était déjà sous le coup d'une accusation criminelle pour conduite en état d'ébriété, une affaire remontant à 2013. Elle avait été libérée sans interdiction de conduire ou de consommer de l'alcool.

Morillon-Morissette est détenue depuis l'accident du 30 août. Son enquête sur remise en liberté a de nouveau été remise à une date ultérieure, lundi. Elle doit revenir devant la cour le 19 novembre prochain. 

En attendant, le juge Steve Magnan a demandé lundi à ce qu'un suivi «serré» soit fait auprès de l'accusée au Centre de détention de Québec. Une directive formulée après que Me Roy eut signifié que sa cliente vivait des moments difficiles en prison.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer