Allégations de fraude dans une garderie: les parents en furie

À compter du 23 décembre, la garderie La Forêt... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

À compter du 23 décembre, la garderie La Forêt enchantée ne pourra plus offrir de places subventionnées à 7,30 $.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Les parents des 61 enfants qui fréquentent la garderie La Forêt enchantée sont en furie, car ils estiment payer le prix de la façon dont le ministère de la Famille gère le dossier de l'établissement, dont la propriétaire est soupçonnée de fraude et qui verra ses subventions coupées le 22 décembre.

Le directeur régional de la Capitale nationale et de l'Est-du-Québec du ministère, Jean-François Picard, s'est buté jeudi soir, lors d'une soirée d'information qui avait lieu à l'hôtel Ambassadeur, à une soixantaine de parents convaincus de ne pas accepter ce qu'il leur proposait.

Le ministère suggère aux parents de laisser leurs enfants à la même garderie en payant 35 $, 40 $ ou 45 $ plutôt que 7,30$ par jour d'ici à ce qu'on leur trouve des places dans d'autres garderies subventionnées du grand Beauport le 31 mars.

« Personne ne va laisser ses enfants entre les mains d'une propriétaire fraudeuse. Ils lui ont ôté sa subvention, mais ils disent ne pas pouvoir lui ôter son permis, car elle n'a pas encore été trouvée coupable. Et en plus, elle aura l'aide du gouvernement pour se monter un plan d'affaires dès le 22 décembre alors que nous, les parents, on n'a rien », déplorait Benoît Letarte, dont l'enfant fréquente la garderie.

Relocalisation

M. Letarte s'inquiète aussi de l'endroit où son enfant sera relocalisé, lui qui réside à L'Ange-Gardien. «Pour moi, c'est important, car on peut facilement faire une demi-heure de route de plus à Beauport. En plus, il se construit une garderie à deux pas de chez moi, mais je suis incapable d'y trouver une place pour mon enfant.»

Plusieurs parents ont suggéré que la garderie demeure en tutelle le temps que le ministère trouve des places à leurs enfants ailleurs, une option que M. Picard a toutefois rejetée à plusieurs reprises. «Nos avocats nous ont dit : si vous faites ça, on va se faire ramasser», a-t-il répondu à un parent, ajoutant que le ministère ne pouvait pas non plus permettre la vente de la garderie pendant la tutelle.

À l'opposition

De son côté, Michel Gauthier a quitté la réunion plus tôt, déterminé à mettre le dossier entre les mains des partis d'opposition à l'Assemblée nationale. «Vous avez une patate chaude entre les mains et j'invite quiconque veut parler à l'opposition à venir me voir. On va parler à la CAQ et au PQ. On va mettre ça en chambre dès demain (vendredi)», a-t-il déclaré.

«Nous sommes pris en otages. C'est nous qui sommes pénalisés parce que le ministère a accepté que la garderie soit vendue à cette personne-là. Et maintenant, on a six semaines pour décider si on laisse nos enfants là ou si on essaie de les envoyer ailleurs. Moi, je ne veux pas que mon enfant bouge de là», poursuit M. Gauthier.

Un autre parent a invité le ministère à assumer lui-même ses décisions. « Vous avez autorisé la vente à cette personne-là, prenez vos responsabilités : organisez-vous avec votre merde, car moi, je n'en veux pas! », a lancé le père de famille, qui aurait aimé comme plusieurs autres parents que le ministère poursuive sa tutelle de la garderie jusqu'au mois d'août en gardant les mêmes éducatrices en poste.

Médias expulsés

Les parents ont aussi déploré le manque de transparence des gens du ministère, qui ont refusé au début de la réunion que les journalistes y assistent. «Tous les parents et les éducatrices présents ici sont d'accord pour que les journalistes restent. Pourquoi ne les laissez-vous pas assister à la réunion?», a demandé une mère.

Jean-François Picard a répondu qu'il craignait que ses paroles soient mal rapportées et qu'il préférait laisser les porte-parole du ministère traiter avec les scribes. Les médias ont tout de même pu entendre une bonne partie de la réunion, la porte de la salle ayant été ouverte à la fin en raison de la chaleur intense.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer