Alcoa sévèrement blâmé par la CSST après le décès d'un travailleur

Des installations électriques non conformes aux normes canadiennes, des plans... (Collaboration spéciale, Steeve Paradis)

Agrandir

Collaboration spéciale, Steeve Paradis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steeve Paradis</p>

(Baie-Comeau) Des installations électriques non conformes aux normes canadiennes, des plans électriques qui ne correspondent pas à la réalité et la malchance d'être au mauvais endroit au mauvais moment. Voilà les principaux éléments expliquant le décès de Dany Michaud, un travailleur de l'aluminerie Alcoa de Baie-Comeau, mort en février après avoir été écrasé par des panneaux de porte de grande dimension.

La direction Côte-Nord de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) y est allée de «son enquête la plus complexe et la plus technique des 20 dernières années», au dire de sa porte-parole. Et cette enquête critique sévèrement l'aluminerie. «Ce n'est pas normal, des plans pas mis à jour et le Code canadien de l'électricité pas respecté», a lancé l'inspecteur principal au dossier, Robin Michaud.

Le travailleur décédé se trouvait près de la porte pendant qu'un électricien y effectuait des travaux, travaux qui, sans le savoir, étaient inutiles et allaient conduire à l'accident fatal. L'homme est mort écrasé par deux panneaux de la porte, un poids de 3000 kilos, alors qu'il s'était déplacé pour ramasser le tournevis de l'électricien, tombé à cet endroit.

Selon la CSST, la santé et la sécurité sont gérées de manière déficiente chez Alcoa en raison du manque de conformité électrique des équipements et la mise à jour non réalisée des plans. L'organisme indique aussi que la méthode de dépannage électrique de la porte comporte des données erronées. Alcoa s'expose, si elle est reconnue coupable, à une amende variant entre 16 124 $ et 64 495 $.

La CSST a exigé que des mesures correctives soient apportées à ce type de portes, assez grandes pour laisser passer un pont roulant. Elle a de plus réclamé d'Alcoa que l'usine se conforme aux exigences techniques liées aux câbles d'alimentation électrique et aux sources d'alimentation du boîtier de contrôle pour l'ouverture de la porte et qu'elle mette à jour les plans.

L'entreprise s'est conformée à ces demandes et dit assurer pour l'avenir «que toutes les exigences du rapport de la CSST seront rigoureusement respectées», a déclaré le porte-parole de l'aluminerie de Baie-Comeau, Dominic Martin.

Dans la foulée de ce rapport, l'organisme a demandé à l'ensemble de l'industrie de transformation des métaux d'installer un système de retenue mécanique empêchant l'ouverture de la section verticale de ce type de portes, mesurant 60 pieds sur 45, tant que la section horizontale n'est pas totalement ouverte.

L'ironie de ce drame, c'est que l'électricien aurait rapidement trouvé ce qui clochait avec l'ouverture automatique de la porte, la raison pour laquelle il avait été appelé, si les plans avaient été corrects. C'était un simple disjoncteur, fermé par inadvertance. Mais en raison des plans non mis à jour, il ignorait l'existence même de ce boîtier de disjoncteurs et donc, le lien entre celui-ci et l'ouverture des portes.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer