Intimidation dans les dépanneurs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les propriétaires des dépanneurs et l'Association des marchands dépanneurs et épiciers du Québec (AMDEQ) dénoncent l'intimidation dont ils sont victimes lorsqu'ils exigent une pièce d'identité des clients qui veulent se procurer des produits du tabac, entre autres.

Régulièrement, les commis de dépanneurs qui exigent une... (Photothèque Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Régulièrement, les commis de dépanneurs qui exigent une pièce d'identité des clients qui veulent acheter des produits du tabac, entre autres, sont victimes d'intimidation ou de violence verbale ou physique.

Photothèque Le Soleil

Dans quelques vidéos présentés au Soleil, on aperçoit des clients briser des vitrines ou lancer des objets au commis lorsqu'on exige une preuve qu'ils ont l'âge légal pour acheter de l'alcool, des loteries ou des produits du tabac.

Dans la région du Saguenay, il y a quelques jours, malgré les explications de la caissière et du propriétaire soutenant qu'ils doivent respecter la loi : pas de carte, pas de tabac, d'alcool ou de billets de loterie, un jeune homme se fâche et lance une canette en direction des deux personnes après des menaces verbales.

À Montréal, la propriétaire d'un dépanneur se fait invectiver par une cliente qui veut des cigarettes. Elle se fâche et finit par briser une vitrine en traitant la dame de tous les noms.

En Estrie, un client furieux défonce une vitrine parce qu'on lui demande ses cartes d'identité. La facture pour le commerçant s'élèvera à 800 $ parce qu'il a voulu faire respecter la loi.

À Charny, en mars, un client perd les pédales lorsque la caissière lui demande ses cartes. Il frappe un client qui lui demande d'être respectueux envers la caissière qu'il a giflée juste avant.

Pour en finir avec l'intimidation et la violence verbale et physique, le directeur général de l'AMDEQ, Yves Servais, soutient que le gouvernement doit participer activement en matière de sensibilisation et d'éducation de la population. «Nous avons fait notre grande part avec l'affichage dans les commerces en plus d'être obligés d'agir comme si nous étions des policiers», clame M. Servais. «Nous devons appliquer la loi et les amendes avec le projet de loi 44 seront salées pour les commerçants, 1200 $ en plus de la perte du permis. C'est à l'État de faire sa part maintenant avec un programme de sensibilisation.»

À son avis, le projet de loi 44 doit inclure l'obligation de montrer une carte pour prouver son âge au dépanneur, car la clause actuelle dit seulement que le client pourrait être tenu de présenter une carte d'identité. «Ce n'est pas évident d'essayer de deviner si la personne devant la caisse a 17 ans ou 21 ans. En obligeant de présenter une carte, personne ne pourra se tromper», conclut M. Servais.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer