Légalisation de la marijuana: Thériault inquiète et indisposée

«Si jamais le gouvernement fédéral décide d'aller dans... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

«Si jamais le gouvernement fédéral décide d'aller dans cette voie-là, c'est son projet de loi. Nous, ce qu'on va faire, c'est s'assurer que les questions de sécurité publique soient bien traitées», a déclaré mercredi la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, est inquiète et indisposée par la promesse du nouveau premier ministre Justin Trudeau de légaliser la marijuana.

«Je pense que tant qu'on est dans le vide, qu'il n'y a rien de déposé devant nous, il faut être inquiet», a déclaré la ministre, mercredi. 

Des questions se sont déjà posées l'été dernier lorsque Santé Canada a modifié ses règles pour autoriser la marijuana à des fins thérapeutiques, a souligné la ministre. Notamment au sujet de la vérification des antécédents des producteurs autorisés par le gouvernement.

Mardi, le premier ministre Philippe Couillard a dit souhaiter une décriminalisation, mais pas nécessairement une légalisation.

Un comité conjoint fédéral-provincial qui regroupera des experts sera mis sur pied pour étudier la question. «Je pense qu'il faut voir les paramètres mis sur la table, a souligné la ministre Thériault. Le travail en comité va être drôlement important. Comme parent, la légalisation de la marijuana peut vraiment indisposer beaucoup de personnes. Moi la première.»

Un nouveau ministre fédéral devra s'approprier le dossier et bien l'expliquer pour le faire cheminer, dit-elle. «Les questions de sécurité publique doivent primer, affirme la ministre. Si jamais le gouvernement fédéral décide d'aller dans cette voie-là, c'est son projet de loi. Nous, ce qu'on va faire, c'est s'assurer que les questions de sécurité publique soient bien traitées. C'est ça qui est important.»

Elle-même a dit préférer des «plaisirs de la vie pas mal plus simples», comme les soupers entre amis «avec une bonne bouteille de vin» et les voyages dans le sud.

La ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, à qui son collègue de la Santé Gaétan Barrette a transféré toutes les questions, n'avait pas de position à exposer pour le gouvernement du Québec. «Il n'y a aucun malaise, on va faire les choses dans l'ordre, et dans l'ordre, on va les [les libéraux en poste] laisser arriver en poste, a dit Mme Charlebois. On va avoir une position en temps et lieu», a-t-elle ajouté.

Vaut-il mieux boire de l'alcool ou fumer de la drogue? «C'est une très bonne question, a répondu la ministre déléguée. Chacun son plaisir. Nous, on gouverne avec des bases scientifiques.»

Les questions sur la consommation des élus font toujours sourire. «Je ne vais pas faire comme le président américain qui a dit qu'il avait fumé mais pas inhalé, a laissé tomber le ministre des Finances, Carlos Leitão. On a tous eu 18 ans, je pense.»

Le modèle de légalisation du Colorado n'est pas nécessairement un bon exemple à imiter, estime M. Leitão.

«C'est très compliqué, dit-il. Les quelques boutiques doivent transiger en argent comptant. Les banques n'acceptent pas leurs dépôts. Je ne dirais pas que c'est un succès énorme. C'est très complexe.»

Le chef du Parti québécois Pierre Karl Péladeau croit que la question de la légalisation mérite d'être étudiée, et que la décriminalisation, étant donné le commerce qui se fait, est «une réalité». «Je ne fume pas de pot, a-t-il déjà affirmé au groupe de médias Vice. J'en ai fumé quand j'étais jeune, mais je n'en fume pas.»

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, qui n'a «jamais» fumé de marijuana, n'est pas en faveur de la légalisation. «C'est un problème, la consommation de drogue chez les jeunes, a-t-il affirmé. Il faudrait s'assurer que ce qui est proposé ne vienne pas empirer le problème, mais le réduire.» Il ne croit pas que l'État puisse avoir un rôle à jouer dans la distribution d'une marijuana légalisée. 

La co-porte-parole de Québec solidaire, Françoise David, se limite à dire que ce débat ne s'est pas fait au sein de son parti.

Partager

À lire aussi

  • Marijuana: la santé avant les profits

    Santé

    Marijuana: la santé avant les profits

    La légalisation de la marijuana au Canada va certainement engendrer des recettes, mais là n'est pas l'objectif principal du gouvernement Trudeau,... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer