La peine à imposer au «Joker justicier» cause un dilemme

Richard Vallée, dit le «Joker justicier»... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Richard Vallée, dit le «Joker justicier»

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le «Joker justicier» Richard Vallée mérite une peine de 16 ans de prison pour avoir tué son voisin dans Saint-Sauveur, estime la poursuite. Aux yeux de la défense, Vallée a déjà fait assez de prison et doit maintenant être soigné.

L'artiste vagabond et ex-cocher Richard Vallée, 55 ans, a été reconnu coupable d'homicide involontaire par un jury en février dernier. 

Février 2012. En plein délire, se prenant pour un justicier aux allures du Joker de Batman, il a fait irruption chez son voisin Alain Delisle, rue Hermine. Vallée dit croire que Delisle, citoyen sans histoire qui prenait soin d'un vieil homme, gardait deux filles séquestrées.

Le Joker a abattu son voisin de deux balles à l'abdomen. Alain Delisle, 48 ans, est mort dans les minutes suivantes.

En écartant les verdicts de meurtre au premier et au second degré, les jurés ont estimé que Vallée, en raison de son état mental troublé, ne pouvait formuler l'intention précise de tuer.

Aux yeux du procureur de la Couronne Me Jean-Philippe Robitaille, la mort violente d'Alain Delisle se rapproche beaucoup plus du meurtre que de l'accident, même en tenant compte de l'état mental perturbé de l'accusé. «Et son état mental, il en est en grande partie responsable», a ajouté Me Robitaille, en faisant référence à la consommation massive de stupéfiants de Vallée.

Le procureur de la Couronne recommande au juge une peine de 16 ans de détention de laquelle il faut déduire l'équivalent de cinq années de détention provisoire déjà purgée par l'accusé. Richard Vallée devrait aussi se voir interdire la possession d'arme pour le reste de sa vie.

L'avocat du Joker, Me Louis Belliard, croit pour sa part que l'équivalent de cinq années de détention déjà purgées par son client est suffisant.

Il recommande plutôt au juge de le laisser dans un hôpital de la région de la Mauricie, où il est déjà suivi par une psychiatre, puis de le confier à une maison spécialisée, dans le cadre d'une probation.

Le juge Richard Grenier de la Cour supérieure rendra sa décision le 11 janvier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer