Lac-Mégantic: un juge américain approuve le fonds d'indemnisation

Le 6 juillet 2013, 47 personnes ont été... (PHOTO D'ARCHIVES, LE SOLEIL)

Agrandir

Le 6 juillet 2013, 47 personnes ont été tuées lorsqu'un train de pétrole brut laissé sans surveillance a déraillé et explosé, détruisant le centre-ville de Lac-Mégantic.

PHOTO D'ARCHIVES, LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Lac-Mégantic

Le résidant de Lac-Mégantic Robert Bellefleur s'est dit soulagé par la décision d'un juge américain, qui a approuvé vendredi un fonds d'indemnisation de 446 millions $ CAN pour les victimes du déraillement tragique ayant fait 47 morts dans la petite municipalité québécoise.

«C'est une bonne nouvelle pour les gens qui ont été frappés durement, qui ont perdu des êtres chers, des maisons, des commerces», a affirmé M. Bellefleur, qui connaissait environ 25 victimes, dont le fils de son cousin et les deux gardiennes de sa fille.

«Ça ne remplace pas une vie, ça va juste faire un baume et permettre à la population, peut-être, de pouvoir se remettre sur pied, de reprendre une vie plus normale, mais en n'oubliant jamais ce qui est arrivé», a-t-il expliqué en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne.

M. Bellefleur, qui est membre d'une coalition pour la promotion de la sécurité des chemins de fer, s'inquiète cependant que «la source du problème» n'ait pas été réglée, soit le mauvais état de la voie ferrée.

Le juge Peter Cary de Portland, dans le Maine, a annoncé sa décision vendredi, après que le Canadien Pacifique eut annoncé cette semaine qu'il abandonnerait ses objections au fonds et qu'un juge canadien eut accordé son approbation conditionnelle.

L'indemnisation est le fruit de négociations avec une vingtaine d'entreprises. Le fonds d'indemnisation inclurait environ 110 millions $ CAN réservés aux réclamations pour homicides délictuels.

Le syndic de faillite Robert Keach a précisé que les versements pourraient se faire d'ici la fin de l'année.

«Nous ne prétendons pas que cela compense pour tout ce qui s'est passé. Mais à l'intérieur des limites du système de justice civile, c'est une indemnisation substantielle pour les victimes et elles le méritent», a déclaré M. Keach.

Un train transportant du pétrole a déraillé le 6 juillet 2013 à Lac-Mégantic, causant de puissantes explosions qui ont ravagé le centre-ville et causé 47 décès.

Après l'incident, la société ferroviaire Montreal, Maine and Atlantic (MMA) a déclaré faillite, et le fonds d'indemnisation est lié aux procédures de faillite aux États-Unis et au Canada.

Raymond Lafontaine, qui a perdu son fils, deux brus et l'un de ses employés dans le drame, a affirmé en entrevue qu'il était «inconcevable» d'avoir attendu tout ce temps pour le fonds et il déplore que la direction de la MMA ne soit pas tenue responsable.

«On sait que le propriétaire de la MMA n'a jamais été blâmé et il ne sera jamais blâmé. Tous ces gens qui travaillaient pour lui étaient (sous) sa direction», a-t-il déploré.

«Je suis une victime, j'en ai perdu quatre. Je m'en vais passer l'hiver dans le sud parce que je suis plus capable de rester dans cette ville-là (...) Les victimes, nous, on a été ignorées à 200 pour cent», a-t-il soutenu.

M. Lafontaine a consulté ses avocats, et il recevrait environ 5000 $ du fonds relativement à la perte de ses proches.

«Que le juge a dit ça, c'est normal, c'est bienvenu. Mais les victimes vont avoir très peu. Parce que la ville va se payer, les gouvernements vont se payer, les avocats vont se payer des millions. Ils vont remplir leurs poches. Et les victimes, dans ça, ils vont avoir très peu», a dit croire M. Lafontaine.

«Les miens ont brûlé, ça a bousculé ma vie. Cette tragédie-là a défait ma vie (...) J'ai perdu ma famille, j'ai perdu mon épouse. Ma femme a été frappée par ça, et avec ça, on a vécu une séparation. Avec ça, on a manqué notre vie», a-t-il lancé.

Vendredi, le juge Cary a décrit les dommages causés par la tragédie comme étant «vastes et entiers».

«Mes pensées et mes bons voeux vont à la bonne ville de Lac-Mégantic et aux familles des victimes», a-t-il déclaré après avoir annoncé qu'il approuvait l'indemnisation.

Le Canadien Pacifique est propriétaire de la voie ferroviaire d'où était parti le convoi et nie toute responsabilité dans l'accident, puisque le train qui a déraillé était tiré par une locomotive de la MMA et roulait sur les rails de cette entreprise.

M. Keach affirme pour sa part que le Canadien Pacifique est partiellement responsable de n'avoir pas correctement classé le pétrole brut du gisement de Bakken, qui est aussi volatil que de l'essence.

Le Canadien Pacifique ne contribue pas au fonds d'indemnisation. Le transporteur affirmait que les termes de l'entente nuiraient à sa capacité de se défendre adéquatement s'il devait être poursuivi, parce qu'ils ne protégeaient légalement que les entreprises qui y contribuent.

L'entente modifiée inclut toutefois maintenant une protection juridique pour le CP, qui tiendrait compte de l'indemnisation versée par les autres si le transporteur ferroviaire devait payer des dommages dans l'avenir.

«Bien que CP ne soit pas responsable du déraillement, nous travaillons avec le syndic pour trouver une solution protégeant les intérêts du CP tout en permettant aux victimes d'être indemnisées dès que possible», a déclaré le porte-parole du Canadien Pacifique, Martin Cej.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer