Liberté conditionnelle totale en janvier pour le meurtrier de Kevin Duquette-Ouellet

Jonathan Dulac en février 2012... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Jonathan Dulac en février 2012

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jonathan Dulac, reconnu coupable en 2012 de l'homicide involontaire de Kevin Duquette-Ouellet, 17 ans, survenu trois ans plus tôt, recouvrera une liberté conditionnelle totale à compter de janvier.

L'histoire, qui avait fait la manchette, s'est déroulée le 6 décembre 2009 au terminus d'autobus Les Saules. Une dispute entre les deux jeunes hommes qui ne se connaissaient pas avait éclaté à bord de l'autobus à la suite d'une remarque faite par Kevin Duquette-Ouellet. Ils avaient décidé de régler leurs comptes à leur descente de l'autobus, mais Dulac avait plutôt choisi de se diriger vers son autobus suivant lorsqu'il a été poussé dans le dos par la victime.

En se tournant, il s'est aperçu que Kevin Duquette était entouré d'un groupe d'amis et a craint pour sa sécurité. Il a donc sorti un des deux couteaux qu'il avait et lui en a donné un coup qui a atteint le coeur. Dulac avait des couteaux parce qu'il étudiait en boucherie et qu'il devait les rendre à un camarade de classe qui les lui avait prêtés.

Dans une décision rendue à la fin septembre, la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC) rappelle que l'accusé avait tenu des propos suicidaires et homicidaires à l'époque du crime. Dulac consommait alors de l'alcool et du cannabis de façon excessive. De plus, il venait de rompre avec sa copine et avait été jeté hors du nid familial à cause de son comportement.

Depuis, juge la CLCC, la situation a bien changé. Dulac s'est engagé dans une thérapie pour combattre sa dépendance aux drogues, a poursuivi ses études et a rétabli les ponts avec les membres de sa famille. À sa sortie de prison, il prévoit un retour au cégep.

Récidive peu probable

La Commission estime qu'il représente un risque de récidive faible à modéré s'il se maintient dans l'ouverture sociale qu'il démontre maintenant. En fait, les informations statistiques indiquent que quatre «délinquants» sur cinq présentant des caractéristiques comparables à ceux de Dulac ne récidiveront pas après leur libération.

La libération conditionnelle totale est prévue en janvier, soit près de quatre ans après la peine d'emprisonnement de neuf ans imposée à Dulac.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer