Manifestation du 24 mars: recours collectif de 5,8 millions $ contre la Ville de Québec

Le 24 mars, la manifestante Martine Deraspe s'était retrouvée... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le 24 mars, la manifestante Martine Deraspe s'était retrouvée le visage ensanglanté.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un groupe de citoyens réclame l'autorisation d'intenter un recours collectif contre la Ville de Québec afin d'être indemnisés pour ce qu'ils qualifient de brutalité policière lors d'une manifestation tenue le 24 mars dernier.

Au moins 400 citoyens s'étaient regroupés ce soir-là près de l'Assemblée nationale pour dénoncer les politiques d'austérité du gouvernement libéral.

La police de Québec a rapidement déclaré illégal le regroupement, car les manifestants avaient refusé de fournir l'itinéraire.

Les citoyens affirment que «le Service de police de la Ville de Québec a fait preuve d'une brutalité sans précédent, en chargeant une foule qui ne représentait aucun danger pour qui que ce soit.»

Ils évaluent que «des techniques de dispersion inadéquates et indues ont blessé cinq personnes, dont quatre furent envoyées à l'urgence pour traiter des blessures sérieuses».

Au terme de cette manifestation, la police de Québec avait distribué 274 constats d'infraction pour avoir troublé la paix et le bon ordre.

Si leur recours va de l'avant et est ultimement accueilli, les manifestants réclament des dommages variant entre 11 500 $ et 16 000 $ par citoyen arrêté.

Environ 5,8 M$ au total

En multipliant les dommages moyens par le nombre de 400 participants, les manifestants évaluent à 5,8 millions $ la somme totale réclamée à la Ville de Québec.

Les requérants estiment que toutes les personnes ayant été «suivies, pourchassées, encerclées, arrêtées, photographiées ou détenues et auxquelles le droit de manifester pacifiquement a été nié» dans le cadre de cette manifestation peuvent faire partie du recours.

Florence Moreault, qui a terminé son baccalauréat en travail social à l'Université Laval, a accepté d'être requérante pour la procédure judiciaire. «J'ai assisté à ces actes de violence, j'ai vu des amis être victimes de violence, a-t-elle témoigné en point de presse vendredi au palais de justice. Je crois en la liberté d'expression et je crois que le droit de manifester devrait être protégé, divulgation d'itinéraire ou pas.»

Vidéo fournie par les manifestants

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer