Accident d'hélicoptère sur la Côte-Nord: tentative d'atterrissage malheureuse

Les débris du Bell 206, exploité par l'entreprise... (Photo fournie par le Bureau de la sécurité des transports du Canada)

Agrandir

Les débris du Bell 206, exploité par l'entreprise Héli-Nord de Sept-Îles, font état d'un «impact sévère», selon le BST.

Photo fournie par le Bureau de la sécurité des transports du Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Le pilote du Bell 206 qui s'est écrasé à Sept-Îles tentait de se poser pour une deuxième fois lorsque s'est produit le drame qui a fait deux victimes et trois blessés graves, il y a six jours.

L'accident est survenu lorsque le pilote s'apprêtait à atterrir sur une roche, près de la rivière Nipissis, au nord de la ville. «Quand il [le pilote] est arrivé à deux, trois pieds du sol, il a décidé de reprendre son approche, a affirmé l'enquêteur du Bureau de la sécurité des transports (BST), Denis Deroy. L'appareil s'est écrasé lorsqu'il a tenté de remonter.»

L'hélicoptère avait repris de l'altitude, «environ une vingtaine de pieds», avant de s'abîmer violemment sur le côté gauche, sur la roche. «L'impact a été très, très important», a indiqué M. Deroy, qui s'explique toujours mal les raisons qui ont motivé le pilote à retenter son approche d'atterrissage.

«On ne sait pas pourquoi, a mentionné l'enquêteur. C'est à ce moment-là qu'il y a eu un problème, mais on ne sait pas quoi exactement non plus. L'enquête va tenter de le déterminer», a-t-il poursuivi. Selon M. Deroy, l'endroit où l'engin devait se poser est «relativement serré», mais emprunté par «plusieurs» pilotes.

Le BST entend solliciter la collaboration du fabricant, Bell Helicopter. Selon l'enquêteur, rien pour l'instant ne laisse présager «un problème avec l'appareil». L'épave de l'engin a été héliportée vers Sept-Îles, vendredi, mais il n'est pas exclu qu'elle soit transportée au Laboratoire d'ingénierie du BST, à Ottawa, «pour une expertise approfondie». 

Mercredi dernier, la visite de passes migratoires a tourné au drame. Un des deux hélicoptères nolisés pour la sortie s'est écrasé, causant la mort d'une employée du conseil d'Uashat mak Mani-Utenam, Blandine Pinette-Fontaine, 68 ans, et d'un biologiste du ministère de l'Environnement, Pierre-Michel Fontaine, 49 ans, de Québec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer