Pistes cyclables interdites la nuit à Lévis: Lehouillier ouvert à changer le règlement

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, se dit ouvert à l'idée de modifier le règlement municipal qui interdit l'accès aux pistes cyclables entre 23h et 5h, sous peine d'amende.

Gilles Frénette avait écopé d'une amende de 440 $... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.0

Agrandir

Gilles Frénette avait écopé d'une amende de 440 $ pour s'être trouvé après 23h sur le parcours des Anses en vélo. 

Le Soleil, Patrice Laroche

Conscient que le vélo est le moyen de transport de plusieurs dizaines de milliers de personnes, M. Lehouillier souligne qu'il est important que «la réglementation s'inscrive dans un processus évolutif. Puisque nous-mêmes, nous encourageons les gens à aller travailler en vélo, il faut revoir cet article pour voir si on ne pourrait pas modifier le libellé», affirme-t-il, rappelant que Lévis prévoit injecter environ 10 millions $ au cours des trois prochaines années pour interconnecter son réseau de pistes cyclables.

Bien qu'il soit prêt à apporter des changements au règlement, M. Lehouillier, qui est lui-même utilisateur des pistes cyclables, veut toutefois s'assurer que les policiers vont préserver leur pouvoir d'intervention entre 23h et 5h. «Les méfaits se font justement entre ces heures et c'est là que nous avons le plus de plaintes», souligne-t-il.

Vendredi, Le Soleil révélait qu'un homme de Lévis avait écopé d'une amende de 440 $ pour s'être trouvé après 23h sur le parcours des Anses en vélo. C'est alors qu'il prenait une pause à la hauteur de la grève Joliette que Gilles Frénette  a été intercepté par des policiers qui étaient à bord de leur véhicule. L'homme de 63 ans a avoué avoir été quelque peu arrogant avec le patrouilleur lorsque ce dernier lui a demandé pourquoi il était allé à Québec.

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a concédé vendredi qu'il y avait eu une erreur relativement au montant de l'amende, fait qu'il ne pouvait pas confirmer avec certitude jeudi. C'est plutôt un constat d'infraction de 150 $ plus les frais de 70 $ que M. Frénette aurait dû recevoir. 

«L'infraction est là. Par contre, c'est une mauvaise case qui a été cochée. C'est personne morale qui a été sélectionnée au lieu de personne physique», explique Guylaine Laflamme, porte-parole du SPVL, ajoutant que le défendeur doit plaider non coupable au constat d'infraction. «Lorsqu'il recevra la date pour se présenter à la cour municipale, le procureur de la Couronne va avoir demandé un préavis de modification du constat pour faire modifier le montant rattaché à l'infraction», souligne-t-elle. À partir de ce moment, le défendeur va pouvoir déterminer s'il plaide coupable ou non coupable à cette nouvelle modification.

Six constats

En 2014, six constats d'infraction relatifs à ce même règlement auraient été remis à des cyclistes de Lévis. M. Frénette serait le premier à recevoir une amende du genre cette année. Environ 350 000 personnes empruntent le parcours des Anses durant l'été et  «des centaines de cyclistes l'utilisent [passé 23h]», estime M. Lehouillier, ajoutant qu'ils n'ont jamais été importunés pour autant. «Il peut y avoir des situations particulières où les policiers doivent intervenir plus.»

Le maire précise aussi que plusieurs «interventions policières particulières» ont lieu dans le secteur de la grève Joliette à partir de 23h à la suite de nombreuses plaintes faites au SPVL, notamment pour des voies de fait, des vols dans des cabanons et des actes d'exhibitionnistes.

Inquiète de la situation, la députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé, a demandé vendredi au ministre des Transports, Robert Poëti, et au ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, de s'asseoir avec les municipalités pour réviser la réglementation municipale en matière de circulation à vélo.

«Le constat d'infraction [...] doit marquer la fin de certaines réglementations municipales dépassées qui ne prennent pas en compte les nouvelles réalités du transport actif», a déclaré par voie de communiqué Mme Massé. «Est-ce comme ça qu'on encourage la circulation à vélo?»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer