Affaire Khuong: le pari de la médiation

Lu Chan Khuong... (ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Lu Chan Khuong

ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Se posant en médiateur, le juge de la Cour supérieure Bernard Godbout, tout juste choisi pour mener le dossier de Lu Chan Khuong l'opposant au C. A. du Barreau du Québec, est parvenu à dénouer partiellement l'impasse entre les deux parties et à s'assurer que le «procès» sur la suspension de la bâtonnière irait de l'avant en octobre comme prévu.

Convoqués à une conférence de gestion visant à accélérer les procédures dans cette affaire très médiatisée, les avocats du Barreau du Québec et de la bâtonnière ont convenu vendredi, non sans échanger quelques coups, d'un échéancier pour la suite des choses.

Nommé il y a à peine deux jours par le juge en chef associé Robert Pidgeon, Bernard Godbout, patient, a averti d'emblée qu'il était là pour abattre du travail. «On va faire ce qu'il faut pour que le dossier progresse.»  

Son message a pris quelques moments avant d'être entendu, alors que Me Jean-François Bertrand, avocat de Lu Chan Khoung - absente vendredi -, et Me Philippe Frère, représentant du Barreau, ont passé la majeure partie de la matinée à se renvoyer la balle, se taxant tour à tour de «mauvaise foi» ou de vouloir «faire dérailler» les procédures.

C'est que Me Bertrand tient mordicus à déposer une requête en inhabilité qui, si elle est accordée au terme d'un débat, ne permettrait plus aux actuels avocats du Barreau de représenter l'organisme public. 

Me Bertrand estime que Me Raymond Doray et son cabinet doivent être disqualifiés, puisque ce dernier a dévoilé certaines informations à la presse à l'extérieur du palais de justice au terme d'une audience tenue à la fin août. Me Doray avait alors laissé entendre que la bâtonnière serait impliquée dans un second vol, cette fois dans un Simons de Québec. 

Me Frère, remplaçant vendredi MeDoray, qui se trouve à l'extérieur du pays, a dit craindre les délais engendrés par une telle requête et a plaidé que celle-ci n'était pas justifiée.

Retour à l'essentiel

Le juge Godbout a tranquillement remis à l'ordre les deux avocats et a dit vouloir se concentrer sur la question principale dans ce dossier : est-ce que la suspension de la bâtonnière par le C. A. du Barreau, le 1er juillet, était valide? 

Lu Chan Khuong a été suspendue 24 heures après la parution d'un article de La Presse dans lequel on rapportait qu'elle avait bénéficié du programme de non-judiciarisation en 2014 après une plainte pour vol à l'étalage au Simons de Laval. Elle poursuit aujourd'hui le C. A. du Barreau pour 95000 $, qu'elle accuse d'avoir divulgué de l'information aux journalistes.  

Au terme d'une pause salutaire, les deux parties ont finalement convenu d'un échéancier serré. La requête en inhabilité de Me Bertrand sera déposée le 8 septembre et débattue à la fin du mois. Si elle est rejetée, les interrogatoires et l'analyse du fond de la question se dérouleront du 7 au 9 octobre, puis du 13 au 15 la semaine suivante. Si elle est accordée, il est possible que tout le processus soit modifié.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer