Deux morts dans un écrasement à Sept-Îles: le premier sauveteur raconte

Les trois survivants, blessés, ont été héliportés vers... (Collaboration spéciale, Fanny Lévesque)

Agrandir

Les trois survivants, blessés, ont été héliportés vers un terrain vague à proximité de l'hôpital de Sept-Îles.

Collaboration spéciale, Fanny Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) «C'est une tristesse incroyable qui nous habite aujourd'hui», a laissé tomber au bout du fil, Gilles Ross, copropriétaire de l'entreprise Héli-Nord, dont l'hélicoptère s'est écrasé mercredi matin au nord de Sept-Îles, causant la mort de deux des cinq occupants.

Urgentologue de métier, Gilles Ross raconte avoir sauté dans un hélicoptère avec un pilote dès la réception de l'appel de détresse, vers 9h45. «J'étais à Sept-Îles, j'ai pris du matériel médical au cas où j'aurais à intervenir», explique le médecin. «On n'avait pas d'idée de ce qui se passait, mis à part qu'il y avait une personne de captif dans l'épave». 

Premier arrivé sur les lieux de l'accident, Gilles Ross a eu à porter secours aux passagers, dont trois ont été blessés gravement. «Habituellement, quand j'interviens, c'est à l'hôpital, dans une salle d'urgence, mais bon (...) les circonstances ont fait en sorte que c'était ça que je devais faire», a-t-il poursuivi, visiblement encore ébranlé. 

Collaborer avec les enquêteurs 

Au moment de notre appel, Gilles Ross attendait toujours l'arrivée des enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports (BST), qui devaient se rendre sur le site de l'écrasement tôt ce matin. M. Ross affirme avoir l'intention de collaborer avec «tous les enquêteurs» impliqués dans l'opération.

«Il faisait beau, il n'y a pas d'éléments extraordinaires pour expliquer l'accident (...) C'est arrivé quand l'appareil était en train de se poser.»

Gilles Ross
Copropriétaire de l'entreprise Héli-Nord, dont l'hélicoptère s'est écrasé

«Il faisait beau, il n'y a pas d'éléments extraordinaires pour expliquer l'accident (...) C'est arrivé quand l'appareil était en train de se poser», a-t-il souligné laissant le soin aux autorités d'avancer les circonstances entourant le drame. «Toutes nos pensées et sentiments vont avec les gens qui ont perdu un être cher», a-t-il conclu. 

Les enquêteurs du BST doivent arriver à Sept-Îles jeudi midi pour ensuite se rendre où l'hélicoptère s'est écrasé, à une quarantaine de kilomètres au nord de la ville, non loin de la rivière Nipissis. «Ils (les enquêteurs) vont passer le plus de temps possible sur le terrain pour la collecte des infos, a mentionné un porte-parole. Demain, ils devront faire les entrevues avec les témoins». 

Des membres de l'équipe de supervision du Programme de mise en valeur des habitats du saumon atlantique de la Côte-Nord devaient constater l'avancement de la réfection de la passe Katchapahun, mais en a profité pour s'arrêter près de la rivière Nipissis, où d'autres travaux doivent s'amorcer. Deux hélicoptères avaient été nolisés pour la visite.

Notre collaboratrice donne des détails :

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer