Le pasteur accusé d'agression sexuelle remis en liberté

L'ancien pasteur pentecôtiste de Saint-Romuald Dale Peck... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

L'ancien pasteur pentecôtiste de Saint-Romuald Dale Peck

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'ancien pasteur pentecôtiste de Saint-Romuald Dale Peck, accusé d'agression sexuelle sur quatre jeunes fidèles, a pu recouvrer sa liberté lundi sous de sévères conditions.

L'homme de 56 ans, qui vit à Hong Kong depuis neuf ans, où il s'est marié, n'aura pas le droit de quitter la province. Son passeport est d'ailleurs déjà confisqué.

Après avoir entendu l'enquête sous cautionnement qui a duré près de deux jours, la juge Johanne Roy en vient à la conclusion que, si le pasteur aujourd'hui enseignant n'a pas usé de moyens illégaux, «il a tout mis en oeuvre pour ne pas avoir à affronter le système judiciaire». 

Une douzaine de conditions à respecter et un engagement financier de 55 000 $ viennent toutefois garantir, aux yeux de la juge, la présence de l'accusé à la cour.

Dale Peck est accusé d'avoir commis divers attouchements aux parties génitales de quatre jeunes filles âgées de 10 à 16 ans. Il a connu les plaignantes et leur famille entre 2003 et 2006 alors qu'il était le pasteur de l'église du Plein Évangile à Saint-Romuald.

Peck a démissionné abruptement de son poste en janvier 2007. Après son départ, le nouveau pasteur a lu devant la communauté une lettre écrite de sa main. «J'ai eu des contacts inconvenants avec des jeunes filles et elles en sont blessées, j'en suis conscient», écrivait le pasteur démissionnaire.

Dès février 2007, la police de Lévis a tenté de le joindre pour le questionner. Un mandat d'arrestation a finalement été lancé en juin. Dale Peck a quitté le pays en août 2007 pour ne revenir qu'il y a quelques semaines, à l'occasion de retrouvailles de son ancien collège, à Victoria en Colombie-Britannique. Il a été arrêté à ce moment.

L'accusé affirme que durant toutes ces années, il n'a jamais cherché à se cacher; il est demeuré dans le même logement à Hong Kong et aurait utilisé des cartes de crédit à son nom.

Il avait toutefois rompu complètement avec tous ceux qui le ramenaient à son passé lévisien, a noté la juge Roy, et n'a jamais rappelé les policiers qui tentaient de le joindre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer