Des caméras installées au cimetière Saint-Charles

Dans la nuit du 3 au 4 juin,... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Dans la nuit du 3 au 4 juin, des vandales ont endommagé 170 pierres tombales au cimetière Saint-Charles.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La direction du cimetière Saint-Charles va de l'avant avec des mesures de sécurité visant à ne pas revivre les actes de vandalisme sans précédent survenus au début de l'été. Des caméras, voire plusieurs lampadaires, seront installées pour surveiller l'intrusion de visiteurs indésirables et améliorer la visibilité des lieux. Le coup de pouce financier d'un bon Samaritain décidera de l'ampleur de l'opération.

En entrevue au Soleil, le directeur général des cimetières Saint-Charles et Notre-Dame-de-Belmont, François Chapdelaine, indique qu'il a passé les derniers mois à analyser les mesures préventives les plus réalistes, compte tenu du budget de son organisme à but non lucratif. L'idée d'installer des caméras s'est imposée, mais leur nombre reste à déterminer.

«On va commencer par deux ou trois, installées à l'entrée, avec serveur informatique et programme d'identification faciale», explique-t-il. Dans un monde idéal, la direction voudrait en installer sept au total, mais la dépense oscillerait alors autour de 20 000 $.

C'est dans ce contexte qu'un généreux donateur, issu d'«une grosse famille de Québec», s'est manifesté récemment afin de payer les dépenses. En totalité ou en partie, M. Chapdelaine l'ignore. «Il ne nous a pas dit l'importance de son soutien. On devrait le savoir la semaine prochaine.»

Si le don s'avère considérable, les installations dissuasives devraient prendre la même tangente. Aux 7 caméras prévues s'ajouteraient quelque 25 luminaires solaires, disséminés un peu partout dans le cimetière, long de 1,2 kilomètre. Ces lampadaires seraient munis de détecteurs de mouvement. Coût de la facture : entre 35 000 $ et 40 000 $. Sans l'aide du donateur qui tient à préserver l'anonymat, la direction laissera tomber ces éclairages préventifs.

Le directeur général est conscient que les familles propriétaires des lots accepteraient mal d'avoir à payer pour prévenir un délit rarissime. «On ne voudrait pas imposer des frais pour un acte de vandalisme qui arrive tous les 160 ans. Ce serait difficile à défendre.»

Si plusieurs familles propriétaires des pierres tombales endommagées ont été jointes, beaucoup demeure introuvable. La direction du cimetière s'est chargée de réparer à ses frais les dégâts. «Des pierres assez costaudes ont été renversées. On a recollé ce qui était "recollable", redressé ce qui était "redressable". Seules les pierres de sel sont plus difficiles à réparer.»

C'est dans la nuit du 3 au 4 juin que des vandales ont pénétré dans le cimetière Saint-Charles pour endommager 170 stèles et pierres tombales. Les auteurs du délit courent toujours. Aucune nouvelle information n'a filtré sur leur identité. «On croit que ce serait l'acte d'un groupe de jeunes. Durant la même période, un autre acte de vandalisme a été commis dans le secteur de Vanier. Le feu a été mis dans un bac à recyclage au presbytère Notre-Dame-de-la-Recouvrance», avance M. Chapdelaine.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer