21 mois de prison pour le pédophile Pierre Vézina

Acceptant la suggestion commune des procureurs de la... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Acceptant la suggestion commune des procureurs de la Couronne et de la défense, la juge Hélène Bouillon a prononcé la sentence de Vézina, jeudi, au palais de justice de Québec.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le pédophile Pierre Vézina a reçu jeudi une sentence de 21 mois de prison pour avoir fait des attouchements sexuels sur une fillette de quatre ans alors qu'elle fréquentait la garderie à domicile qu'exploitait sa conjointe, à L'Ancienne-Lorette.

Acceptant la suggestion commune des procureurs de la Couronne et de la défense, la juge Hélène Bouillon a prononcé la sentence de Vézina, jeudi, au palais de justice de Québec. Une peine dont il lui restera 17 mois à purger à compter d'aujourd'hui, puisqu'il était déjà détenu depuis quatre mois.

À son tout dernier jour de garderie, en juin 2012, la jeune victime dans ce dossier, alors âgée de quatre ans, avait fait une déclaration choc à sa mère au moment de choisir les vêtements qu'elle porterait pour la journée. Elle avait affirmé qu'elle voulait porter des leggings sous sa jupe «pour ne pas que Pierre chatouille [sa] vulve».

L'enfant était malgré tout allée à la garderie ce jour-là, et une plainte a plus tard été déposée contre l'homme de 65 ans. Arrêté peu après, Vézina s'était vu interdire de se trouver près de la garderie de sa conjointe - donc d'être chez lui - durant les heures d'opération, et ce, pour toute la durée des procédures judiciaires. Il ne pouvait non plus se trouver en présence de mineurs de moins de 16 ans.

Lorsque le pédophile a finalement plaidé coupable à l'accusation d'attouchement sexuelle qui pesait contre lui, en avril dernier, la médiatisation du dossier a permis à des parents d'enfants fréquentant la garderie de réaliser que Vézina brisait une ordonnance de la cour, possiblement depuis plusieurs mois. Même qu'il se trouvait parfois seul avec les mineurs dans sa maison, ont rapporté des témoins. Ces derniers, avant la diffusion des reportages, n'étaient pas au courant de ses démêlés avec la justice. Vézina a été arrêté 48 heures plus tard, accusé de non-respect d'engagement, puis placé en détention provisoire.

Autre admission

Avant d'entendre la sentence de la juge Bouillon, le sexagénaire a de nouveau admis avoir touché la fillette de quatre ans sous ses vêtements, entre 2009 et 2012.

Les parents de la jeune victime, qui n'étaient pas dans la salle d'audience jeudi, ont fait part de leurs craintes et des conséquences que pourrait subir leur fille dans l'avenir relativement aux événements. Dans un document déposé en cour, ils appréhendent «les séquelles et les souvenirs» qui pourraient subsister et apparaître à tout moment. «Les enfants sont inoffensifs, ils méritent plus que tout au monde d'être protégés», ajoutent-ils.

Invité à prendre la parole, Vézina a tenté de se faire repentant. «Je regrette ce qui s'est passé», a-t-il dit. «Je vais faire tout ce qu'il faut [pour me racheter].»

Rien toutefois pour émouvoir la juge, qui l'a vertement sermonné. «Les parents s'attendent à ce qu'on leur procure un endroit sécuritaire, pas à ce qu'on abuse leurs enfants.»

Au terme de sa peine, Vézina ne pourra se trouver près d'une garderie, d'un parc et divers endroits fréquentés par des mineurs. Il sera également ajouté au registre des délinquants sexuels.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer