Un pêcheur disparu dans la rivière Saint-Charles

Les équipes nautiques du Service de protection contre... (Photo collaboration spéciale Steve Jolicoeur)

Agrandir

Les équipes nautiques du Service de protection contre l'incendie de la Ville de Québec (SPCIQ) ont quadrillé en amont et en aval de l'endroit où le jeune homme est tombé à l'eau.

Photo collaboration spéciale Steve Jolicoeur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un jeune pêcheur âgé dans la vingtaine est tombé dans la rivière Saint-Charles après avoir subi un malaise, vendredi soir, et n'a jamais refait surface. Les pompiers ont tenté de le retracer pendant près de deux heures, mais la noirceur a forcé les autorités à interrompre les recherches.

Les services d'urgence, prudents, ont refusé de confirmer le scénario catastrophe, tard vendredi soir, à savoir que le disparu s'était noyé. Reste que les pompiers étaient à la recherche «d'une victime potentielle» dès leur arrivée sur les lieux de l'incident, à Lac Saint-Charles, peu après 18h.

Le pronostic semblait peu optimiste, d'autant plus que l'appel d'urgence a été fait une quinzaine de minutes après l'évènement. Chaque minute est cruciale en cas de noyade.

Les équipes nautiques du Service de protection contre l'incendie de la Ville de Québec (SPCIQ) ont quadrillé en amont et en aval de l'endroit où le jeune homme est tombé à l'eau. Ce dernier et un ami, tous deux de l'extérieur de Québec, pêchaient depuis la rive sur un terrain situé au 1175, avenue du Lac Saint-Charles.

Selon les informations recueillies auprès de témoins de la scène, le pêcheur aurait subi un malaise avant de s'effondrer dans la rivière. Il a ensuite coulé à pic, sans jamais refaire surface. Selon nos informations, son ami a bien essayé de l'agripper, plongeant même à l'eau. Mais c'était trop peu trop tard.

«C'est assez creux. Les riverains disent que c'est une zone où il y a normalement six pieds d'eau. Mais cette année, il y a peut-être trois pieds de plus que la normale. On parle d'une fosse», a expliqué Annie Marmen, porte-parole du SPCIQ.

Les pompiers de Québec ont interrompu leurs recherches à 20h en raison de la noirceur. «Nous avons fait tout ce qui était possible de faire pour nous. Pour nous, ce n'est plus un sauvetage nautique.» Les plongeurs de la Sûreté du Québec prennent le relais à la première heure samedi matin.

Les policiers municipaux de Québec, à qui le dossier a été transféré, ont quant à eux scruté les berges densément boisées de ce secteur la rivière Saint-Charles, vendredi soir, sans rien trouver. Le Service de police de la Ville de Québec traite le dossier comme une disparition.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer