Un enfant autiste sauvé de la noyade par un grand-papa vigilant

Le parc nautique de Cap-Rouge... (Google Street View)

Agrandir

Le parc nautique de Cap-Rouge

Google Street View

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) C'est grâce à la vigilance de Pierre Lépine, lui-même grand-père d'un enfant autiste, qu'un jeune autiste de six ans qui s'était jeté à l'eau vendredi au parc nautique de Cap-Rouge a été sauvé de la noyade.

Comme l'indique l'agente Christine Lebrasseur, la police de Québec était déjà à la recherche de l'enfant qui avait été porté disparu par ses parents. «On a ensuite reçu un appel à l'effet qu'un homme serait allé le chercher dans le fleuve», indique-t-elle.

L'homme en question est Pierre Lépine, un ancien professeur, instructeur de natation et sauveteur. «Le parc nautique était plein à craquer et j'étais sur le bord du quai quand j'ai vu arriver un garçon qui s'en est allé jusqu'au bout du quai», raconte-t-il.

«Comme je suis le grand-papa d'un enfant autiste, je me suis fié à mon instinct et je me suis tout de suite rendu compte de ce qui se passait. Je sais que les jeunes autistes ont tendance à vouloir se cacher», fait-il remarquer.

M. Lépine ne se trompait pas : le jeune garçon s'est mis à retirer ses vêtements et a sauté à l'eau pour aller se cacher. «Les gens criaient et se demandaient où étaient ses parents. Moi, je suis parti à la course et je suis monté sur le ponton alors que le garçon essayait de se cacher sous le ponton. J'ai plongé dans l'eau et je l'ai sorti de l'eau.»

Deux fois plutôt qu'une

Sitôt sorti de l'eau, le jeune garçon y est toutefois aussi vite replongé et Pierre Lépine a dû retourner à son secours. «Cette fois, il se dirigeait vers la descente de bateaux. Je suis allé le chercher car il se serait noyé», explique-t-il. Après l'avoir repêché une deuxième fois, le sauveteur et des amis se sont assurés qu'il ne plonge pas une troisième fois et ont entrepris de le rhabiller.

Le garçon a ensuite été remis aux policiers, qui sont arrivés sur les lieux après avoir appris que le jeune disparu s'y trouvait, puis à sa mère. «Sa mère m'a téléphoné pour me remercier. Je suis content que cette histoire se soit bien terminée car je me souvenais de l'histoire du petit Lucas Beaupré, six ans, qui s'était noyé au lac Saint-Joseph en 2007», rappelle M. Lépine.

Le jeune Lucas, qui ne savait pas nager et ne portait pas de ceinture de sauvetage, avait perdu la vie alors qu'il avait faussé compagnie à sa monitrice lors d'une sortie d'un camp de jour de L'Ancienne-Lorette. Son corps avait été retrouvé dans l'eau, sous un accessoire gonflable. 

Le coroner Pierre Samson avait conclu que le décès était de nature accidentelle et évitable et que le manque de constance dans la présence d'une monitrice pour l'enfant autiste avait contribué au drame.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer