Dix-huit mois de prison pour un proxénète de 24 ans

Jack George, 24 ans, un proxénète qui a profité... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Jack George, 24 ans, un proxénète qui a profité de deux prostituées a écopé d'une peine de 18 mois de prison.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un jeune proxénète «parasite» qui a profité de deux prostituées écope d'une peine de 18 mois de prison.

Jack George, 24 ans, fraudeur condamné et connu pour fréquenter le milieu de la prostitution, a attiré l'attention des policiers de Québec l'hiver dernier. Il faut dire que le jeune homme ne passait pas inaperçu, dans les stationnements d'hôtels, avec sa clinquante Cadillac dorée.

Après enquête, les policiers ont compris que George avait pris les rênes de la carrière de deux jeunes prostituées, rencontrées dans la région de Montréal.

Jack George offrait d'accompagner les jeunes filles, de placer les annonces et de prendre les rendez-vous. L'une des deux prostituées touchait environ 50 % des revenus tandis que l'autre aurait reçu une proportion beaucoup moindre du salaire.

Après avoir servi des clients à Trois-Rivières et Québec, les deux jeunes femmes ont souhaité diminuer le rythme, mais Jack George les incitait à continuer.

Jusqu'à ce que l'une des prostituées perde patience. «Il semble vouloir lui dicter une façon de faire qu'elle n'apprécie pas, résume le procureur de la Couronne, Me Daniel Bélanger. Elle appelle la sécurité de l'hôtel, veut régler sa note et demande que Jack George soit expulsé.»

Le jeune homme a été arrêté en avril et accusé en vertu de nouvelles dispositions encadrant la prostitution au Canada. Il a plaidé coupable lundi à Québec d'avoir tiré un avantage matériel de la prostitution, d'avoir amené une personne à rendre des services sexuels moyennant rétribution et d'avoir fait la publicité de services sexuels.

«Il y avait un élément d'exploitation très net et non de protection, a fait valoir Me Bélanger, soulignant que Jack George n'avait toutefois pas fait preuve de violence ou de menace.

L'avocat de défense Me Charles-Olivier Gosselin évalue que son client avait une relation parasitaire avec les travailleuses du sexe, mais n'exerçait pas de contrainte physique.

Le juge Michel Babin a accepté la suggestion de peine des parties, soit 18 mois de prison, desquels il faut déduire cinq mois de détention provisoire déjà purgée par George.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer