Collision mortelle avec un orignal: «un coup de la fatalité»

Les secours ont dû utiliser des pinces de... (Collaboration spéciale Steve Jolicoeur)

Agrandir

Les secours ont dû utiliser des pinces de désincarcération pour sortir les deux personnes du véhicule.

Collaboration spéciale Steve Jolicoeur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Ça aurait pu être n'importe qui d'entre nous. C'est vraiment un coup de la fatalité.» Alain Lussier, fondateur du Club Corvette Québec, suivait le véhicule du couple décédé dans la nuit de samedi à dimanche après avoir heurté un orignal dans la Réserve faunique des Laurentides.

Hélène Leblanc, 53 ans, et Gilles Lessard, 58 ans, qui ont perdu la vie dans l'accident en étaient à leurs premiers kilomètres avec le club. Les deux personnes originaires de Donnacona n'étaient pas encore membres du groupe.

«Il m'a contacté la semaine dernière pour prendre part à l'une de nos activités», raconte au Soleil M. Lussier, encore ébranlé par la tournure des événements. «C'était la première fois qu'il faisait une sortie avec nous. Il a rencontré les membres la journée même de l'accident. Il n'était pas sûr de nous suivre, mais finalement il a décidé de monter avec nous.»

Comme ils le font une dizaine de fois par été, les membres s'étaient rassemblés pour prendre part à une randonnée à bord de leur bolide. Vers 9h samedi, le groupe composé de neuf corvettes est parti de Québec en direction de Tadoussac pour un dîner. Le convoi a par la suite pris la route pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean où un souper chez des amis était à l'horaire. C'est vers 22h que certains des membres - cinq corvettes - ont repris le volant pour revenir à Québec. Les autres personnes ont préféré dormir sur place.

Après un arrêt à L'Étape, les cinq voitures ont continué leur chemin en direction sud sur la route 175. L'accident fatal est arrivé vers minuit à environ 45 minutes de route de Québec. Il est survenu au kilomètre 112 où il n'y a aucune clôture de sécurité pour justement éviter qu'un original se retrouve en plein milieu de la chaussée. C'est d'ailleurs une zone considérée à «risque élevé».

«Il y avait une voiture en avant de moi et il [le couple] m'a dépassé. Il était à environ 115 km/h, se remémore M. Lussier. La première voiture, qui était aussi avec nous, a vu l'orignal qui arrivait du terre-plein central, tandis que l'homme, c'est clair, net et précis qu'il ne l'a jamais vu. Il n'a jamais, jamais freiné. Tout ce que nous avons vu, c'est un éclat de verre et de débris et l'orignal qui était à droite. C'était un bon buck. Il avait un bon panache. [...] Probablement au moment de l'impact, son pied est resté sur l'accélérateur, car il a continué sa route dans la voie de gauche», ajoute-t-il.

Après avoir happé l'animal, la voiture a traversé le terre-plein central et s'est retrouvée en sens inverse pour finalement percuter une paroi rocheuse et stopper sa course sur le toit dans un fossé. «Un pick-up a dû l'éviter de l'autre côté de la route», précise M. Lussier.

Les autres membres du club se sont alors arrêtés pour venir en aide aux victimes. «J'ai traversé le fossé et je suis allé voir. Pendant ce temps, mon confrère communiquait avec les urgences. Lorsque je suis arrivé proche de la voiture, il n'y avait pas de signe de vie.»

Les secours ont dû utiliser des pinces de désincarcération pour sortir les deux personnes du véhicule, a commenté Mélanie Dumaresq, porte-parole de la Sûreté du Québec. «Leur décès a été constaté à l'hôpital.» Aucun autre véhicule n'a été impliqué dans l'accident.

Personne sérieuse

M. Lussier assure que l'alcool n'est pas en cause. «C'était une personne très sérieuse», affirme l'ancien policier à la retraite. «Il était tellement heureux d'être avec nous. C'est ça qu'il nous disait. J'ai même discuté avec son fils aujourd'hui [dimanche]. Je lui ai expliqué comment l'événement est arrivé. Il l'avait appelé dans la journée pour lui dire comment il était heureux... C'est vraiment un mauvais tour du destin. Un orignal la nuit, tu ne vois pas ça...»

Afin de leur rendre hommage, M.Lussier a l'intention, ainsi que le reste des membres du Club Corvette Québec, d'aller aux funérailles des victimes en Corvette.

Les deux occupants de la voiture étaient originaires de Donnacona, dans Portneuf.

Une enquête a été ouverte, mais «il semblerait qu'aucun élément criminel n'ait joué un rôle dans l'accident», a souligné MmeDumaresq.

Du côté du ministère des Transports, le porte-parole Benoît Lachance n'était pas en mesure d'expliquer dimanche pourquoi cette partie de route de la Réserve faunique des Laurentides n'est pas clôturée.

Selon nos informations, plusieurs appels ont été faits cette semaine pour rapporter la présence d'orignaux sur le bord de la route 175.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer