Jean-Paul Lavoie refuse d'être «un vendeur de drogues» comme les autres médecins

Jean-Paul Lavoie s'est défendu mardi d'être un imposteur.... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Jean-Paul Lavoie s'est défendu mardi d'être un imposteur. Il a dit aux journalistes qu'il souhaitait aider autrui et qu'il était actuellement victime d'une campagne de salissage de la part des médias.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le faux médecin Jean-Paul Lavoie pratique la médecine douce sans formation parce qu'il ne veut pas être «un vendeur de drogues» comme les autres membres du Collège des médecins. La Cour supérieure tranchera d'ici 24h si elle ordonne une injonction visant à l'empêcher d'opérer sa clinique de Sillery jusqu'à nouvel ordre.

Jean-Paul Lavoie, qui fait actuellement face à cinq chefs d'accusation d'exercice illégal de la médecine, était de passage au palais de justice de Québec, mardi matin, pour entendre les arguments d'une procureure du Collège des médecins (CDM).

Cette dernière a réclamé à la Cour des injonctions pour empêcher le sexagénaire de poser des actes réservés à la profession médicale en attendant un jugement pour ses accusations au pénal. 

La première ordonnance, si elle est accordée par le tribunal, doit entrer en vigueur immédiatement et se terminer le 26 août, jour du débat sur la seconde injonction. Cette autre ordonnance serait permanente et couvrirait la durée du procès de Lavoie, dont la date n'a pas encore été fixée. 

Le CDM veut neutraliser le faux médecin le plus rapidement possible, affirmant qu'il s'agit d'un cas de sécurité publique. «On joue avec la santé des gens [...] On veut protéger le public au maximum», a expliqué Joannie Poirier, procureure du CDM, à sa sortie de la salle d'audience. 

L'ordre professionnel n'entend plus à rire considérant les antécédents de l'accusé. Ce dernier a plaidé coupable à trois chefs d'accusation d'exercice illégal de la médecine en 2006 et a été reconnu coupable du même délit en février. Pour sa plus récente condamnation, le juge lui avait imposé une amende de 7000 $. 

Lavoie aurait malgré tout recommencé à accueillir des patients à sa clinique un mois plus tard, selon une plainte déposée au CDM en mars. 

Une enquêteuse a pris rendez-vous par téléphone avec Lavoie le 26 mars. Le faux médecin lui a alors expliqué qu'il pourrait l'aider grâce à une machine valant, en données médicales, 700 millions $. Il prétend que sa machine de biorésonance (SCIO) - se détaillant 23 000 $ sur le marché - peut analyser 12 000 données, contient 200 thérapies et parvient à régler certains problèmes automatiquement.

Dans son rapport, la représentante du CDM explique que l'homme pose des diagnostics, recommande des traitements et prescrit des médicaments, des activités réservées aux médecins du CDM.

Jean-Paul Lavoie s'est défendu mardi d'être un imposteur. Il a dit aux journalistes qu'il souhaitait aider autrui et qu'il était actuellement victime d'une campagne de salissage de la part des médias. Il n'a jamais voulu répondre à savoir s'il avait posé des diagnostics ou prescrit des traitements lors de ses consultations. 

Comme il l'avait fait à son précédent procès, il a lancé une virulente charge contre le CDM. «Le service à autrui est devenu criminel, c'était prédit dans le film Thrived», a-t-il aussi affirmé, se disant persécuté par le CDM. Interrogé sur sa formation, il a répondu qu'il était un «autodidacte» et que les programmes reconnus par l'ordre ne l'intéressaient pas. «Les seules formations qui existent ont toutes le même but : formater quelqu'un et en faire un vendeur de drogues.»

Lavoie a déjà déclaré «que les Collèges des médecins en Amérique du Nord tuent un million de personnes par année».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer