Un «faux médecin» récidiviste embête l'ordre de la profession

Le palais de justice de Québec... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le palais de justice de Québec

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Collège des médecins veut en finir avec Jean-Paul Lavoie, un faux médecin récidiviste qui prétend détenir une machine pouvant analyser 12 000 données (physiques, mentales ou astrales), contenant 200 thérapies, et ayant la capacité de détecter puis de soigner des maux instantanément.

Après avoir déposé cinq accusations de pratique illégale de la médecine contre Jean-Paul Lavoie il y a un mois, le Collège des médecins (CDM) demandera mardi matin, au palais de justice de Québec, une injonction permanente visant à l'empêcher de poser des actes réservés aux membres de l'ordre professionnel. 

Si le juge de la Cour supérieure accorde l'injonction, l'accusé devra afficher la décision du tribunal sur la vitrine de sa clinique, située au 1234, avenue Rodolphe-Forget, dans le quartier Sillery, et cesser de l'opérer.

Le CDM agit ainsi puisqu'il considère que Lavoie n'a pas appris de ses condamnations passées et que les peines infligées n'ont pas eu l'effet dissuasif escompté. 

Le sexagénaire de Québec a plaidé coupable à trois chefs d'accusation de pratique illégale de la médecine en 2006, et a été reconnu coupable pour le même délit en février dernier. Pour sa plus récente condamnation, une amende de 7000 $ lui a été imposée. Le CDM réclamait une somme exemplaire de 20 000 $. 

Cette autre condamnation n'aurait toutefois pas empêché Lavoie de reprendre ses activités illégales, selon les nouvelles accusations du CDM. Celui qui a déjà déclaré que «les Collèges des médecins en Amérique du Nord tuent un million de personnes par année» a fait l'objet d'une enquête à la fin mars, après qu'une plainte eut été déposée contre lui, un mois après sa condamnation.

Enquête

Dans le cadre de l'investigation, une enquêteuse du CDM a contacté Jean-Paul Lavoie à sa clinique le 26 mars pour demander un rendez-vous. Au cours de la conversation téléphonique, il aurait affirmé que sa machine, un ordinateur portable branché sur un système SCIO - présenté sur Internet comme un appareil de biorésonance - valait, en données, 700 millions de dollars. Il annonce également que la rencontre coûtera 200 $, payables en argent comptant.

Lors du rendez-vous, trois jours plus tard, il installe des sangles aux chevilles, aux poignets et à la tête de l'enquêteuse, qui utilise une fausse identité. Lavoie l'informe qu'il détecte «des problèmes aux intestins», explique un affidavit décrivant les faits rapportés par la représentante du CDM. 

Lorsque la fausse patiente remarque la présence d'un électrocardiogramme sur l'écran, il affirme «qu'elle a le coeur fatigué d'avoir trop aimé». «À ce sujet, l'enquêteuse demande au défendeur si quelque chose n'est pas correct avec son électrocardiogramme, ce à quoi il répond qu'il y avait un problème au début, mais que la machine l'a corrigé.»

Une série de maux est aussi détectée : une faible résistance du système immunitaire, des troubles aux muscles, une infection virale sous la forme d'une pierre au rein, etc. 

Pour «rétablir son système», Jean-Pierre Lavoie lui aurait conseillé un produit nommé le «MMS», lequel serait le meilleur pour «ramener ses virus à la normale».

Après analyse du rapport de l'enquêteuse, le CDM a décidé de déposer cinq accusations, reprochant à l'homme d'avoir diagnostiqué les maladies, déterminé des traitements médicaux et d'avoir prescrit des médicaments, des actes réservés aux médecins membres.

L'ordre professionnel demande au tribunal d'imposer des peines et des frais totalisant 92 850 $ pour les cinq chefs d'accusation.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer