Liberté refusée au Demon Road Tommy Bar-Longuépée

Tommy Bar-Longuépée... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Tommy Bar-Longuépée

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Demon Road Tommy Bar-Longuépée a échoué dans sa tentative d'obtenir une semi-liberté ou une libération conditionnelle. Le motocycliste qui s'était filmé à 299 km/h sur l'autoroute continue donc de purger la peine d'emprisonnement de 30 mois qui lui a été imposée en octobre.

Les commissaires aux libérations conditionnelles ont unanimement rejeté la demande formulée par Bar-Longuépée, 29 ans. Ce dernier souhaitait sortir de prison pour reprendre ses études secondaires en septembre ou en janvier. Il s'était engagé à habiter dans une maison de transition s'il devait être libéré hâtivement. 

La Commission a toutefois jugé qu'une sortie de détention était «prématurée» pour celui qui effectuait des cascades à moto à près de 300 km/h il y a un an à peine. 

Le risque de récidive est trop élevé et le détenu représente toujours un danger pour la société, tranche la décision rendue le 27 juillet. La Commission rappelle qu'il a toujours 3000$ de contraventions impayées à son dossier. 

Bar-Longuépée et ses acolytes, dont quatre ont aussi été arrêtés, filmaient leurs cascades à haute vitesse sur les routes de la région de Québec pour ensuite les diffuser sur Facebook. Le Soleil avait révélé leur existence en juillet dernier après que la Sûreté du Québec eût signalé la fuite d'un motocycliste - on apprendra plus tard qu'il s'agissait de Tommy Bar-Longuépée - sans qu'il ne soit rattrapé.

S'il semble conscient des risques qu'il a fait courir au grand public et à lui-même par ses agissements, Bar-Longuépée aurait de la difficulté à en comprendre le pourquoi, selon les commissaires.

«Vous n'arrivez pas à expliquer pourquoi vous avez choisi de satisfaire [votre besoin de reconnaissance] en adoptant des comportements négatifs, criminels, voire funestes», peut-on lire dans le document de la Commission. «Vous êtes capable de reconnaître la dangerosité de vos comportements, mais le travail à faire sur les facteurs contributifs de votre criminalité demeure à compléter.» 

Détenu exemplaire

Tout ne va pas mal pour le motocycliste déchu. Les commissaires admettent que Bar-Longuépée est «courtois» avec le personnel carcéral et avec ses codétenus, et qu'il évite les mauvaises fréquentations. «Cela tranche avec votre comportement en communauté, alors que vous avez été très sensible à la mauvaise influence», soulignent-ils. 

Le Demon Road avait plaidé coupable à des chefs d'accusation de conduite dangereuse et de fuite des policiers. Des accusations s'étaient ajoutées à la suite d'une perquisition à son domicile de Limoilou. Le Demon Road, avait été reconnu coupable de possession d'une arme prohibée (poing américain), de possession de stupéfiants en vue de trafic (cannabis et cocaïne) et de non-respect d'une ordonnance de la cour. 

Bar-Longuépée ne pourra conduire un véhicule avant 2020, soit pour une durée de trois ans après sa sortie de détention.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer